News

Au delà de l'effet Coupe du monde, les Français sont au rendez-vous des jeux agréés d'argent et de hasard en ligne. Trois mois après la libéralisation de ce nouveau marché, l'Arjel - Autorité de régulation des jeux en ligne - révèle que le chiffre d'affaires du secteur se compte en centaines de millions d'euros.

Selon Jean-François Vilotte, président de l'Arjel, le poker en ligne aurait ainsi réuni près de 2,1 milliards d'euros de mises sur les trois derniers mois. « La somme peut paraître énorme mais il faut savoir que pour 1 € déposé sur un compte, chaque joueur en mise en moyenne 20 au cours des différentes parties auxquelles il participe », précise-t-il toutefois dans un entretien accordé au Parisien. Suivant ce calcul, les sommes jouées par les amateurs de cash game se monteraient donc tout de même à au moins 105 millions d'euros sur le trimestre.

Du côté des paris en ligne, le montant cumulé des mises aurait atteint 295 millions d'euros depuis l'ouverture du marché, le 8 juin dernier. Un chiffre « en ligne avec les prévisions » pour Jean-François Vilotte, qui révèle que les adeptes de paris dépensent en moyenne 100 euros par semaine.

Reste à voir quelle part des sommes investies par les joueurs échappe encore aux opérateurs agréés par l'Arjel. Chargée de mettre un terme aux activités des sites qui n'acceptent pas de se mettre en conformité avec les exigences françaises, elle indique avoir déjà adressé 80 mises en demeure à des sites "illégaux". 95% d'entre eux auraient spontanément cessé d'accueillir les joueurs français. Pour les autres, l'Autorité promet de recourir à des procédures de sanction, qui pourront notamment passer par un dispositif de filtrage.
Un ordinateur ? Oui mais pas sans Internet ! Voilà ce que révèle en substance l'étude "Référence des équipements multimédias" conduite par GfK et Médiamétrie. Au troisième trimestre 2010 en France, plus de 19 millions de foyers possèdent au moins un ordinateur, soit 71,1 % des foyers, la quasi-totalité étant connectés à Internet, c'est-à-dire 67,7 % des foyers. Les premiers ont cru de 7 % en un an, les seconds de 11 %.

L'étude confirme par ailleurs les études précédentes qui se concentraient sur les ventes d'ordinateurs. Avec 2 millions de foyers supplémentaires qui ont opté pour un ordinateur portable en un an, 40 % des foyers en sont équipés, contre seulement 26,7 % il y a deux ans. Un cinquième de ceux-ci sont d'ailleurs équipés d'un netbook, soit 8,4 % des foyers.

Autre tendance de l'année 2010, la multiplication des ordinateurs par foyer. 7,8 millions des foyers sont effectivement désormais équipés de plus d'un ordinateur, c'est-à-dire 28,7 % des foyers, en progression de 27 % sur un an. Autrement dit, ce sont davantage les foyers déjà équipé d'un ordinateur qui ont acheté un ordinateur supplémentaire cette année.
Il est rare que la Marine britannique perde une bataille. Pourtant, le site de la Royal Navy a dû être fermé à cause d'attaques de hackers. A en croire le ministère de la Défense, il s'agirait bien d'un acte malveillant perpétré suite à ses dernières annonces.Voilà quelques semaines, le gouvernement britannique a annoncé qu'1,05 milliards d'euros seraient investis dans un programme national de cyber-sécurité. Le motif aurait été suffisant pour organiser une attaque du site, à en croire la BBC.

La chaîne nationale évoque aussi la piste d'hackers roumains. Plus particulièrement, un pirate connu sous le pseudonyme TinKode serait à l'origine d'une injection SQL. Ce dernier a même publié certaines informations qu'il a réussi à intercepter comme des identifiants de connexion à l'administrateur du site. Sur son blog, il dévoile donc quelques mots de passe…

Par contre, un porte-parole du ministère informe qu'« aucun dommage n'a été causé par l'attaque puisque le site a été suspendu temporairement ». Il explique également qu'une enquête est actuellement en cours pour tenter de connaître les auteurs de la cyber-attaque. D'ailleurs, le site n'est toujours pas en ligne, à l'heure actuelle.
Le service de cartographie Google Maps est de nouveau au coeur d'une polémique, non pas pour sa fonctionnalité Street View mais pour les données géographiques retournées. En effet, le Sydney Morning Herald explique que les troupes militaires du Nicaragua ont envahit accidentellement le territoire du Costa Rica la semaine dernière.

Le commandant Eden Pastora rapporte au quotidien La Nacion que l'intrusion n'était pas intentionnelle et résulte d'une erreur présente au sein de Google Maps. Reste que ce "bug" a tout de même fait déplacer Jose Miguel Insulza, secrétaire général de l'organisation des états américains, qui tente de trouver un terrain d'entente entre les deux nations. Si aucune solution n'est trouvée, la présidente du Costa Rica Laura Chinchilla se dit prête à porter l'affaire devant le conseil de sécurité des Nations Unies.

En revenant sur l'historique de la frontière séparant les deux pays, Charlie Hale, de l'équipe de Google Maps, confirme cette erreur et ajoute que les cartes seront bientôt mises à jour. Un traité signé entre les deux contrées en 1858 décrit la frontière actuelle, laquelle fut à nouveau confirmée en 1888 par le président des Etats-Unis Grover Cleveland. Ce dernier demanda tout de même un plan plus détaillé en 1897 afin d'éviter toute confusion. Gauche : données erronées sur Google Maps | Droite : données correctes sur Bing Maps

Finalement cette affaire n'a fait qu'envenimer les tensions entre le Nicaragua et le Costa Rica. Le premier demande en effet à Google de ne pas écouter les demandes du gouvernement costaricain souhaitant voir une modification des cartes. En affirmant qu'il n'y a aucune erreur, Samuel Santos, le ministre des affaires étrangères nicaraguayen déclare à Jeffrey Hardy, porte-parole de Google : « Je demande officiellement que (le marquage de la frontière) ne soit pas modifié ». De son côté, le Costa Rica a envoyé 150 hommes sur les lieux afin d'assurer la sécurité de ses citoyens.

Au mois de février, Google avait également été accusé de n'avoir pas mis sa base de données à jour pour la frontière séparant le Cambodge de la Thaïlande.
le 06/11/2010 à 23:23
10 astuces autour de MySQL
Quand vous créez une page dynamique en PHP, vous devez communiquer avec une base de données.

Pour communiquer avec celle-ci, vous pouvez utiliser une fonction SQL. Cependant les risques d'erreurs peuvent exister et qu'il n'est pas évident de les identifier.

Le site 'Explain extended' montre 10 erreurs possibles que vous pouvez rencontrer lorsque vous souhaitez communiquer avec une base de données.

Les erreurs courantes sont :
- Recherche par un NULL
- Jointure avec une condition
- Moins d'une valeur mais pas un NULL
- Jointure par un NULL
- Absence de NULL
- Tri avec des valeurs aléatoires
- Enregistrement arbitraire d'un groupe
- Première valeur d'un groupe
- Fonction IN séparée par des virgules
- Jointure avec une fonction COUNT

- 10 things in MySQL (that won t work as expected)
le 06/11/2010 à 23:23
T-shirt dédicacé
A ce qu'il paraît il y aura un jeu gratuit au Forum PHP 2010 sur le stand Alter Way qui va se dérouler le 9 et 10 novembre prochain.

Et les lots à gagner, vont être collector, car il y a des T-shirts signés par les gourous de PHP et aussi des bouteilles de champagne.

Il reste encore quelques jours pour me préparer mentalement et physiquement avant de pouvoir participer à ce jeu et découvrir la règle car cela serait cool d'avoir 1 t-shirt dédicacé pour l'afficher et l'encadrer sur un de mes murs...

Cela devrait bien le faire... Sauf si quelqu'un d'autre trouve avant moi.

- Forum PHP 2010
Il y a quelques temps, un article avait été réalisé pour donner 10 conseils PHP pour débutants.

Aujourd'hui, le site Mashable a interrogé 10 maîtres du PHP pour apporter des conseils avancés autour de ce langage.

Les personnes interrogées sont :
- Naramore Elizabeth : Restez au courant
- Keith Casey : interagir avec les «Code D'autres »
- Eamon Leonard : Donne en retour
- Lorna Mitchell Jane : Poser une question
- Cornutt Chris : Aider les débutants
- Williams Abraham : Rester simple
- Turner Demian : Utilisation de meilleurs outils
- Herbert Stuart : maintenir votre code
- Nelson Maggie : Surveillez votre code
- Michael Maclean : travailler avec les autres

- 10 Intermediate and Advanced Tips from PHP Masters
- 10 Beginner Tips from PHP Masters
le 06/11/2010 à 00:00
ElePHPant gonflable est arrivé
El Roubio a créé le logo de l'elePHPant.

Damien Seguy a lancé la peluche elePHPant

Maintenant, avec l'aide l'AFUP (l'association Française des Utilisateurs de PHP), Christophe Villeneuve et Cyril Pierre de Geyer ont pu lancer « ElePHPant gonflable ».

Les caractéristique de celui-ci sont : 2 m de haut / 2,60 m de long / 1 m de large.

Par ailleurs, il est arrivé discrètement voici quelques semaines et pour montrer qu'il est en bonne santé, s'est laissé filmé par l'équipe de PHP TV. l'éléPHPant est bonne santé et est près à ce rendre au Forum PHP qui commence aujourd'hui (le 9 novembre 2010) pour fêter les 15 ans du langage et les 10 ans de l'association.

- Vidéo de l'elePHPant
Le torchon brûlerait-il entre Google et Facebook ? Depuis hier, le réseau social ne peut plus utiliser les API de Gmail pour proposer à ses membres de chercher des correspondances dans leur liste de contacts, suite à une modification des conditions d'utilisation effectuée en catImini par Google.

Auparavant, Facebook proposait en effet à ses membres d'accéder à leurs contacts Gmail pour étoffer leur liste d'amis, en récupérant des informations, tels que le nom des personnes ou leur adresse email, et en les confrontant avec les profils présents sur le réseau social. Il suffisait ensuite aux utilisateurs d'envoyer des requêtes pour inviter leurs contacts à rejoindre leur réseau d'amis. Un procédé auquel Facebook n'a plus accès depuis hier pour une raison simple : le réseau social utilisait ce service sans offrir de réciprocité à Google.

"Lorsque nous autorisons un transfert automatique de contacts vers un autre service, il nous semble important que les utilisateurs aient la certitude que le nouveau service respecte les règles de base de la portabilité des données" a expliqué Google pour justifier la modification effectuée dans les conditions d'utilisation des API, qui ne sont désormais utilisables par des sites tiers que si ces derniers "autorisent en contrepartie l'exportation des mêmes informations de contacts de manière simple".

A mots couverts, Google reproche à Facebook de ne pas partager ses données tout en exploitant celles des autres. Ce n'est pas la première fois que la firme de Mountain View se montre désireuse de voir le réseau social ouvrir l'accès à ses données : lors d'un entretien donné en septembre au Wall Street Journal, son PDG Eric Schmidt avait déclaré "La meilleure chose qui pourrait se produire pour Facebook serait d'ouvrir l'accès ses données", avant d'ajouter "faute de quoi, il y a d'autres façons d'obtenir ces informations".

La seule solution pour Facebook de récupérer l'accès à la fonction qui lui est désormais interdite est donc de faire preuve d'ouverture et de réciprocité. Reste désormais à savoir si le "chantage" effectué par Google sera ici suffisant pour que le réseau social se montre plus généreux…
Comme de coutume, Microsoft montre un avant-goût de sa future volée de mises à jour de sécurité. Au sommaire seulement 3 bulletins sont édités par la firme, 3 d'entre eux sont considérés comme important, un seul critique. Les patchs seront déployés le 9 novembre prochain.Côté logiciels, seuls Microsoft Office et Microsoft Forefront Unified Access Gateway sont concernés. Au total, 11 vulnérabilités sont révélées par l'éditeur, une petite « cuvée » donc. Pour autant, la faille critique concerne toutes les versions d'Office, incluant Office 2010 pour PC et la mouture 2011 pour Mac.

Pour rappel, ces mises à jour sont en principe automatiques et peuvent nécessiter un redémarrage du poste.
LoadingChargement en cours