Linux : Mandriva 2010 disponible au téléchargement

le 04/11/2009 à 21:30
Linux : Mandriva 2010 disponible au téléchargement
Mandriva n'aura pas raté l'automne, période à laquelle fleurissent généralement les nouvelles distributions Linux. L'éditeur a en effet mis en ligne dans la nuit les différentes variantes de son nouveau produit phare, Mandriva Linux 2010. Toujours déclinée en plusieurs éditions, allant du 100% open source à l'édition PowerPack destinée aux professionnels, la distribution poste de travail de Mandriva s'ouvre pour cette version 2010 à diverses nouveautés, allant des derniers environnements de bureau en date à Moblin, en passant par un dispositif prometteur, surnommé « bureau intelligent ».

Si par défaut, Mandriva Linux adopte KDE, ici en version 4.3.2, il est également possible d'opter pour Gnome (2.2.28), voire LXDE pour les machines les plus anciennes. A l'installation, la 2010 se charge d'ailleurs d'analyser la configuration de votre machine pour vous proposer par défaut le choix adapté au niveau de performances dont vous disposez. « Aujourd'hui, environ 45% des machines équipées de Mandriva sont sous Gnome, contre 55% pour KDE. Plus ça va, et plus nous pensons qu'il faut conserver cette diversité », explique Anne Nicolas-Velu, VP Engineering de Mandriva.

En complément, Mandriva 2010 s'ouvre cette année aux paquets issus du projet Moblin (codéveloppé par Intel), qui vise à dispenser une interface utilisateur légère et adaptée aux écrans de petite dimension tels que ceux des netbooks. Du côté matériel cette fois, l'éditeur se félicite d'être parmi les premiers à avoir intégré les pilotes nécessaires au fonctionnement de la plateforme Poulsbo, de plus en plus souvent associée aux processeurs Atom d'Intel. Mandriva 2010 avec KDE

Également disponible en option : l'environnement Sugar, issu du programme OLPC et destiné à des enfants en phase de découverte de l'univers informatique. On notera par ailleurs l'apparition systématique d'un compte "invité", idéal pour laisser un ami surfer quelques minutes depuis son ordinateur, sans compromettre ni sa propre session, ni sa vie privée puisque les données générées sont stockées dans un dossier TMP et nettoyées à chaque fermeture. Sur le plan technique, Mandriva 2010 inaugure Plymouth, pour un démarrage plus animé qu'avec Splashy, ainsi qu'un nouvel outil de partitionnement, plus visuel. On notera également l'intégration du media center Moovida, ainsi que de nouveaux outils dédiés à la virtualisation (VirtualBox 3 notamment).

Parmi d'autres nouveautés, Mandriva met un accent tout particulier sur une nouvelle fonctionnalité, le "bureau intelligent" ou smart desktop. Issu du projet de recherche Nepomuk, il part du principe que trop souvent en informatique, les fichiers et informations sont rangés en fonction de l'application qui les stocke ou les a générés, alors que l'utilisateur a finalement besoin d'un classement centré sur ses tâches et projets. A l'aide des logiciels associés à ce smart desktop, on pourra donc rattacher ses mails, documents et dossiers à une tâche en cours. Par la suite, un moteur d'analyse sémantique, relativement simple pour l'instant, se chargera de suggérer pour chaque nouveau contenu reçu ou produit l'association à un projet. Un gestionnaire, Task Desktop, regroupe ces différentes données et permet de les administrer.

Mandriva 2010 est déclinée en différentes éditions : Mandriva Free, la version 100% open source, Mandriva One, destinée au grand public et munie de certains pilotes et logiciels propriétaires (outils Adobe par exemple) et Mandriva Powerpack, la version payante, facturée 49 euros, qui vient accompagnée d'un logiciel lecteur de DVD et comprend trois mois de support technique ou d'assistance.

A lire également

Mandriva, éditeur de logiciels libres, vient d'annoncer la restructuration de ses équipes au niveau européen dans les mois à venir. Il essaie ainsi de répondre à une situation compliquée : « la société se débat depuis plusieurs années dans ses difficultés financières liées à sa taille et à l'absence d'une stratégie d'éditeur clairement affirmée, » explique le communiqué.

Mandriva a donc permis à une équipe d'entrepreneurs en association avec les investisseurs historiques d'établir un plan industriel. Jugé ambitieux par Mandriva, ce plan permettrait d'éviter la banqueroute en relançant l'entreprise. Au coeur du dispositif : le rapprochement industriel européen « entre plusieurs acteurs impliqués dans les logiciels libres. » La société française IF Research, qui détient l'éditeur Wallix, fera partie du plan.

Autre mesure-clé : la distribution sera désormais distribuée à travers un réseau de revendeurs et d'intégrateurs informatiques, ainsi qu'à travers des accords OEM en Europe, au Moyen-Orient et dans la zone Bric (Brésil, Russie, Inde et Chine). « Une offre professionnelle à destination des grands marchés entreprises (éducation, industrie, services, retail) viendra satisfaire les clients à la recherche d'offres alternatives et économiques en matière de gestion de parcs informatiques hétérogènes et d'identités. » Cette offre devrait être dévoilée d'ici la fin de l'année 2010.

L'éditeur fait ainsi état de ses ambitions. « Mandriva possède dans son ADN tous les atouts d'un champion mondial du logiciel libre. Une communauté de 3,5 millions d'utilisateurs, une position de leaders dans les pays de la zone Bric, et des clients prestigieux dans le secteur public ou des grandes entreprises, selon Jean-Noël de Galzain, » Président d'IF Search. « Nous allons donc focaliser à la fois sur la profitabilité de la société, ainsi qu'une nouvelle dynamique commerciale qui passe par des offres innovantes distribuées par un réseau de partenaires à valeur ajoutée. »

Pour finir avec les bonnes nouvelles, Mandriva doit annoncer bientôt sa dernière distribution : Mandriva Linux Spring 2010, qui sera disponible au téléchargement sur le site de l'éditeur. Pour le reste, la partie la moins excitante du plan de redressement concerne le « programme drastique de réduction de ses frais de structure destiné à ramener la société à l'équilibre financier, ainsi qu'une levée de fonds pour assurer sa pérennité. » La menace d'une réduction des effectifs, qui serait logique dans le cadre de la nouvelle stratégie de distribution, n'est pas loin, même si pour l'instant rien n'est annoncé par Mandriva dans son communiqué. « Des négociations sont en cours avec des nouveaux actionnaires qui seront présentés lors de la prochaine assemblée générale de l'entreprise. »

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours