Google Chrome 7 disponible en version stable

le 20/10/2010 à 11:59
Google Chrome 7 disponible en version stable
Si vous utilisez la version stable du navigateur Google Chrome alors attendez-vous à une mise à jour vers la version 7. En respectant le nouveau cycle de développement, qui consiste à publier une nouvelle mouture toutes les six semaines, les ingénieurs de Google annoncent la disponibilité de la version 7.0517.41.

Au total, les développeurs ont corrigé plus de 800 bugs toutes plateformes confondues. Parmi les plus sévères notons des problèmes de corruption de mémoire avec certaines images GIF ou encore quelques plantages avec certains formulaires. Chrome 7 apporte une meilleure prise en charge du HTML5 notamment avec l'implementation d'un nouvel algorithme d'analyse. Ce dernier permet d'uniformiser le comportement d'une page web au travers de différents navigateurs se basant sur le même l'algorithme. Par ailleurs il sera possible d'embarquer directement au sein de vos pages des éléments SVG et MathML Aussi, couplées à d'autres API, les interfaces de programmation de File permettront d'interagir avec des éléments au sein d'une application web.

Google Chrome 7 est également compatible avec AppleScript pour les utilisateurs de Mac OS X. Il devrait donc être possible d'automatiser certaines tâches, par exemple, l'extraction automatique des images d'une page web ou l'analyse des liens au sein d'un article. Notons enfin de nouvelles options de gestion pour les cookies.

La mise à jour devrait être transparente. Sinon rendez-vous ici.

A lire également

Un an jour pour jour après son introduction auprès des testeurs, Chrome Frame est désormais disponible en version stable. Pour rappel, Chrome Frame est un plugin pour les navigateurs Internet Explorer 6, 7 et 8 à destination des utilisateurs de WIndows XP SP2, Vista et 7. Une fois installé, Chrome Frame remplace le moteur de rendu d'Internet Explorer (Trident) par Webkit en y ajoutant le moteur d'exécution JavaScript V8 utilisé par Chrome.

Avec ce plugin IE 6, 7 et 8 s'ouvriront aux possibilités offertes par le HTML5 avec par exemple la prise en charge de la balise qui permet de représenter sur une page web des éléments 3D à partir d'images vectorielles (SVG) sans passer par Flash. Le développeur web devra pour sa part rajouter une ligne de code dans l'en-tête de son code HTML pour assurer la bonne prise en charge de Chrome Frame. Il pourra également placer un petit script afin de proposer le plugin au téléchargement pour les utilisateurs d'Internet Explorer ne l'ayant pas déjà installé.

Dans un billet publié sur le blog de Chromium les ingénieurs Thomas Gunnarsson et Robert Shield expliquent que plusieurs grands sites Internet ont déjà joué le jeu. C'est la cas de DeviantArt ou de Github. Plusieurs sites de Google ont également été optimisés comme YouTube, Google Docs et Orkut. A l'avenir, Gmail et Google Agenda suivront cet exemple. Par la suite le développement de Chrome Frame devrait être calé sur celui de Google Chrome afin de bénéficier des travaux d'optimisation portés sur le navigateur. L'équipe explique vouloir accélérer davantage le temps de démarrage mais surtout passer outre les droits d'administration de Windows pour faciliter l'installation.

La sortie de Chrome Frame n'est pas passée inaperçue. Quelques heures après son introduction Microsoft avait jugé ce plugin dangereux. Au cours d'un entretien recueilli par Ars Technica, un porte-parole de la société rapportait : "avec Internet Explorer 8, nous avons fourni de colossaux travaux pour rendre le navigateur plus sécurisé pour nos utilisateurs". Il ajoutait : "étant donné les problèmes de sécurité que posent les plugins en général, et plus particulièrement avec Google Chrome, l'installation de Google Chrome Frame en tant que plugin redouble les menaces provenant de malware et scripts malicieux. Ce n'est pas un risque que nous recommanderions de prendre".

Chez Mozilla, les développeurs ne semblaient pas plus emballés. Mike Shaver, vice-président chargé de l'ingénierie, expliquait sur son blog que l'installation de Chrome Frame au sein d'IE perturbait le bon fonctionnement de certaines options du navigateur ou les rendait moins efficaces. Il soulignait notamment « parmi elles nous retrouvons le mode de navigation privée ainsi que d'autres outils de sécurité, ou des fonctionnalités comme les accélérateurs, les add-ons et même la prise en charge de l'accessibilité ».

Si vous êtes développeur web et souhaitez rendre vos sites Internet compatibles, retrouvez une documentation ici.
Sur son blog officiel l'équipe de Google Chrome annonce la disponiblité de son navigateur en version 4.0 pour Windows. Cette dernière mouture stable apporte deux nouvelles fonctionnalités jusqu'alors réservées aux versions de tests : la prise en charge des extensions et la synchronisation des favoris.

Après avoir ouvert la galerie des extensions auprès des développeurs au mois de novembre, le répertoire compterait aujourd'hui quelque 1500 plugins. "Certains vous ajoutent des alertes et des notifications, d'autres vous permettent d'accéder à vos services web préférés", explique Nick Baum, chef produit du navigateur.

La première synchronisation des favoris s'effectue au travers d'un compte Google. Ces informations sont hébergées automatiquement dans un dossier dédié de Google Documents. Il suffira donc de se rendre dans les paramètres du logiciel et de s'identifier pour retrouver instantanément l'ensemble de ses favoris sur chacune de ses machines.

Outre ces options, Google y a intégré de nouvelles interfaces de programmation du HTML5. Nous retrouvons ainsi la base de données Web SQL permettant au développeur d'héberger en local sur la machine de l'utilisateur des données de manière structurée. Cette fonctionnalité est également disponible avec l'interface de Web Storage. Notons par ailleurs l'implémentation de Web Sockets afin de créer une communication bi-directionnelle en mode push entre le navigateur et le serveur d'une application web. Sachez en revanche que contrairement à Internet Explorer, les onglets ouverts ne sont toujours pas visibles sous forme de vignettes depuis la barre des tâches de Windows 7.

L'équipe note également de meilleures performances après avoir effectué le test JavaScript Dromaeo DOM de Mozilla. Google Chrome 4 serait ainsi 42% plus rapide que la mouture stable précédente (400% plus rapide que Chrome 1.0). Enfin l'équipe précise que ces fonctionnalités seront bientôt intégrées aux versions Mac et Linux du navigateur.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours