Bientôt des applications tierces pour Gmail

le 31/03/2010 à 22:40
Bientôt des applications tierces pour Gmail
Sur son blog de Google Code, le responsable des produits Eric Sachs, explique que l'équipe de Gmail vient d'ouvrir les protocoles OAuth et IMAP/SMTP afin de proposer un dispositif d'authentification sécurisé auprès des éditeurs tiers.

Le protocole OAuth s'apparente aux systèmes d'authentification propriétaires existants utilisés par les autres acteurs majeurs de la Toile tels que Yahoo BBAuth, AOL OpenAuth ou encore les interfaces de programmation de Flickr et d'Amazon. Traditionnellement, pour autoriser une application tierce l'internaute doit rentrer son identifiant et son mot de passe, une pratique qui ne fait pas l'unanimité. De côté, OAuth fonctionne sur un principe de certificat, l'utilisateur n'aura donc pas à entrer ses identifiants de connexion.

A l'instar de Yahoo! Mail ou d'AOL Mail qui proposent déjà une galerie d'applications tierces afin d'enrichir les fonctionnalités de leur webmail, Gmail devrait alors inspirer les éditeurs et se transformer en plateforme de développement. A titre d'exemple, la firme Syphir a mis au point une application pour iPhone baptisée SmartPush et qui permet de créer une série de filtres pour les messages de Gmail devant être envoyés en push vers l'utilisateur. De son côté la société française Kwaga a tiré parti des accès OAuth et IMAP pour mettre au point un système de notification et de filtres basé sur Adobe AIR.

A lire également

Dévoilé aux Etats-Unis depuis quelques temps, l'Open Strategy de Yahoo! s'invite au sein du service de courrier électronique de Yahoo! France qui se dote désormais d'une dimension communautaire. Après avoir intégré un module de messagerie instantanée au sein de son webmail, Yahoo! continue de pousser un peu plus loin les fonctionnalités sociales. Ainsi, depuis la page d'accueil de Yahoo! Mail, l'internaute a la possibilité de consulter les dernières activités de ses "connexions", lesquelles sont regroupées au sein du nouveau Yahoo! Profile. Pour rappel, Yahoo! Profile est le pilier de la stratégie d'ouverture de Yahoo! et permet à l'utilisateur de regrouper plus d'une soixantaine de flux extérieurs, de Facebook à Twitter en passant par Flickr ou Delicious.

Yahoo! estime que lorsque deux utilisateurs établissent une connexion mutuelle, elles partagent alors un niveau de confiance. Pour cette raison, Yahoo! propose de filtrer leurs emails respectifs afin de les mettre en avant directement sur la page d'accueil du webmail, aux côtés des actualités et de la météo locale. Notons que la dimension communautaire est désactivable au travers des options du webmail.

Par la suite, Yahoo! devrait également intégrer une version localisée des applications tierces déjà présentes outre-Atlantique. Logés dans le panneau latéral de gauche, ces modules enrichissent les fonctionnalités de Yahoo! Mail. En faisant usage de l'interface de programmation de Wordpress, de Flickr, de l'éditeur de photos Picnik ou encore du système de paiements électroniques de Paypal, Yahoo souhaite ainsi offrir différents outils complémentaires, une manière aussi de retenir l'internaute au sein de son réseau. Notons d'ailleurs que l'une de ces applications, Xoopit, vient d'être rachetée par le groupe de Sunnyvale. Xoopit scanne automatiquement les photos attachées aux messages en pièces pour les présenter au sein d'un album unique sous forme de vignettes.

A cette occasion Clubic s'est entretenu avec David McDowell, directeur de Yahoo! Mail Europe et Grégory Talon, en charge du développement de Yahoo! Mail en Europe.

- Clubic : Combien d'utilisateurs regroupe le service Yahoo! Mail en France et dans le monde ?

David McDowell : En France nous avons 6 millions d'utilisateurs. Nous sommes en troisième position derrière Hotmail et Orange. Au niveau mondial nous comptons 300 millions d'utilisateurs et sommes en seconde place derrière Hotmail.

- Ces nouvelles fonctionnalités sont-elles également intégrées au sein de la version classique de Yahoo! Mail ?

David McDowell : Nous y avons intégré le système de Connexions mais pas les applications. Nous continuerons de travailler sur les deux versions de Yahoo! Mail simultanément.

Grégory Talon : Yahoo! Mail Classique est principalement utilisé par des internautes qui ne veulent consulter que leur emails sur une interface web plus claire et plus facile d'accès. Nous ne voulions pas ajouter de confusion pour ces utilisateurs.

- A quand l'IMAP pour Yahoo! Mail ?

David McDowell : Nous n'avons rien à annoncer aujourd'hui à ce sujet mais l'IMAP est devenu un standard et il serait logique que nous le proposions également, c'est sur notre liste de tâches.

Grégory Talon : Pour être franc nous avons eu beaucoup de débats à ce sujet. Gmail propose l'IMAP gratuitement, mais dans le cas de Yahoo! ce n'est pas le même enjeu. Nous avons deux fois plus d'utilisateurs que Gmail, la perspective est donc différente. Contrairement à nous, Google ne fait pas d'argent avec leur webmail, leur principal marché reste la recherche sur Internet.

- Aujourd'hui en Europe, la connexion POP entrante et sortante est gratuite sur Yahoo! Qu'adviendra-t-il de l'option payante Yahoo! Mail Plus ?

David McDowell : Avec Yahoo! Mail Plus l'internaute n'a pas de publicités et beaucoup des utilisateurs apprécient. Pour cette raison nous ne la supprimerons pas. Nous n'avons pas non plus de projet de mise à jour de cette option.

Grégory Talon : De moins en moins de gens souscrivent à cette option. Aujourd'hui les internautes ne veulent plus payer les services Internet.

- Pour ce qui est de la taille limite des emails envoyés et reçus, Gmail est récemment passé à 25 Mo, Yahoo! suivra-t-il ce mouvement ?

David McDowell : Avec l'une de ces nouvelles applications qui s'inviteront au sein de Yahoo! Mail il sera possible de partager jusqu'à 200 Mo (NDRL: via l'application ZumoDrive). Pour ce qui est de l'envoi strict de pièces jointes, nous devrions aussi rester compétitifs.

- Qui sera chargé de traduire en français les applications de Yahoo! Mail ?

Grégory Talon : Ce seront les éditeurs eux-mêmes.

- Yahoo! vient de racheter Xoopit, cette technologie sera-t-elle implémentée de manière native ou restera-t-elle sous la forme d'une application tierce ?

David McDowell : Puisque Xoopit vient de nous rejoindre, il est effectivement probable que nous soyons amenés à travailler ensemble de manière plus poussée voire que cette technologie soit également intégrée à d'autres services du réseau.

Je vous remercie.
La suite bureautique hébergée de Google Documents devrait bientôt s'enrichir de plusieurs nouveautés. Sur son blog officiel, l'équipe annonce ainsi l'introduction d'une fonctionnalité simplifiant la mise à jour d'un document. Jusqu'à présent, le chargement d'un nouveau fichier se traduisait par la création d'un lien dédié et l'internaute devait systématiquement ré-inviter les collaborateurs. Prochainement la mise en ligne permettra de choisir l'édition d'un document existant. Le blog Google Operating System rapporte de son côté que d'autres fonctionnalités sont également en passe d'être implementées. Ces dernières ont été découvertes après analyse du code source du service web. La première est baptisée "Cloud Printing" et permet d'imprimer directement un document sur une imprimante connectée en WiFi. Cette technologie sera embarquée au sein du système Chrome OS et du navigateur Chrome et permettra à Google d'éviter le développement de quelques centaines de pilotes pour chacun des modèles du marché. Le processus d'impression ne passera donc pas par le système d'exploitation mais directement par Internet.

Le code source révèle également l'arrivée d'applications tierces et d'un dispositif de synchronisation. Au mois de janvier, Google annonçait que son service n'était plus limité aux documents mais pouvait désormais accueillir tous types de fichiers. Un mois plus tôt la firme avait baissé les tarifs de son offre de stockage avec des prix commençant à 5 dollars par an pour 20 Go supplémentaires répartis entre Gmail, PicasaWeb et Google Docs. Depuis, quelques sociétés ont implementé les interfaces de programmation de GDocs mais leur accès reste limité si l'internaute ne possède pas de compte Google Apps Premium. L'arrivée de Chrome OS et la mention d'applications tierces pourraient signifier une ouverture totale de ces API. Google Docs offrirait alors un véritable service de synchronisation similaire à celui de Dropbox afin que les utilisateurs puis consulter et accéder à leurs fichiers en mode déconnecté.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours