Google Chrome 4.0 en version finale sur Windows

le 26/01/2010 à 21:31
Google Chrome 4.0 en version finale sur Windows
Sur son blog officiel l'équipe de Google Chrome annonce la disponiblité de son navigateur en version 4.0 pour Windows. Cette dernière mouture stable apporte deux nouvelles fonctionnalités jusqu'alors réservées aux versions de tests : la prise en charge des extensions et la synchronisation des favoris.

Après avoir ouvert la galerie des extensions auprès des développeurs au mois de novembre, le répertoire compterait aujourd'hui quelque 1500 plugins. "Certains vous ajoutent des alertes et des notifications, d'autres vous permettent d'accéder à vos services web préférés", explique Nick Baum, chef produit du navigateur.

La première synchronisation des favoris s'effectue au travers d'un compte Google. Ces informations sont hébergées automatiquement dans un dossier dédié de Google Documents. Il suffira donc de se rendre dans les paramètres du logiciel et de s'identifier pour retrouver instantanément l'ensemble de ses favoris sur chacune de ses machines.

Outre ces options, Google y a intégré de nouvelles interfaces de programmation du HTML5. Nous retrouvons ainsi la base de données Web SQL permettant au développeur d'héberger en local sur la machine de l'utilisateur des données de manière structurée. Cette fonctionnalité est également disponible avec l'interface de Web Storage. Notons par ailleurs l'implémentation de Web Sockets afin de créer une communication bi-directionnelle en mode push entre le navigateur et le serveur d'une application web. Sachez en revanche que contrairement à Internet Explorer, les onglets ouverts ne sont toujours pas visibles sous forme de vignettes depuis la barre des tâches de Windows 7.

L'équipe note également de meilleures performances après avoir effectué le test JavaScript Dromaeo DOM de Mozilla. Google Chrome 4 serait ainsi 42% plus rapide que la mouture stable précédente (400% plus rapide que Chrome 1.0). Enfin l'équipe précise que ces fonctionnalités seront bientôt intégrées aux versions Mac et Linux du navigateur.

A lire également

Opera Software dévoile aujourd'hui la version finale de son navigateur Internet en version 10.50 pour Windows. Toujours plus rapide le logiciel dispose d'un nouveau moteur JavaScript et affiche une meilleure intégration à Windows 7.

Pour cette nouvelle mouture Opera s'est refait une beauté ; chacune des options ont été rassemblées au sein d'un même menu déroulant. Les développeurs ont en effet repensé l'ergonomie afin d'octroyer plus de place au contenu de la page web en cours de lecture.

Carakan, tel est le nom du nouveau moteur Javascript embarqué à Opera 10.50 et qui remplace donc Futhark. Opera certifie une fois de plus qu'il s'agit du navigateur le plus rapide que la société ait jamais concocté. D'ailleurs au travers de nos tests sur la version bêta, les performances se sont révélées supérieures à celles de Google Chrome, que ce soit dans sa version stable 4.0 ou la bêta 5.0, et presque 10 fois supérieures à Opera 10.10 ! Le navigateur fait également des progrès au niveau de la prise en charge du HTML5 et du CSS3, notamment la balise ,

Opera 10.50 intègre un mode de navigation privée, lequel peut-être activé pour un onglet spécifique ou une fenêtre séparée. Si Firefox 3.6 devait initialement afficher une meilleure intégration à Windows 7 c'est finalement Opera qui emboite le pas à Internet Explorer. Chacun des onglets ouverts pourront être visualisés dans les Jump Lists de la barre des tâches du système d'exploitation. Notons enfin que tous les raccourcis du Speed Dial seront directement intégrés au menu de démarrage lorsque le logiciel est ouvert.

Sans plus de précision, Opera software précise que les versions pour Mac OS X et Linux devraient prochainement être disponibles. Retrouvez de plus amples informations sur site d'Opera Software.
L'environnement de bureau libre KDE 4.2 est disponible aujourd'hui en version finale. Il succède à KDE 4.1 qui est sorti il y a 6 mois et apporte son lot de nouveautés et d'améliorations tout en corrigeant comme à l'accoutumée de très nombreux bugs. L'accent a tout particulièrement été mis sur la stabilité (principal reproche fait aux précédentes versions), les performances et le rajout d'anciennes fonctionnalités qui avaient disparues au passage à la branche 4.0.

Le gestionnaire de fenêtres Plasma, partie émergée de l'iceberg, a reçu une attention toute particulière, notamment concernant sa stabilité. L'interface et les effets graphiques ont par ailleurs été peaufinés tandis que de nombreux nouveaux applets font leur apparition. Les Google Gadgets et certains widgets Mac sont en outre supportés. Au rang des fonctions ré-introduites, il est par exemple de nouveau possible d'afficher des icônes sur le bureau.

Le navigateur Internet Konqueror suit quant à lui la tendance en devenant plus rapide et en adoptant quelques unes des fonctions phares des navigateurs concurrents : la page d'accueil peut désormais présenter les marque-pages, à l'instar de Google Chrome. Une fonction de recherche en cours de frappe est aussi intégrée. Du côté de Dolphin, l'explorateur de fichier qui remplace Konqueror, on remarque l'apparition de prévisualisation sous forme de miniatures dans les infobulles et l'ajout d'une glissière de zoom.De nombreuses autres applications du projet KDE ont elles aussi été mises à jour. Notons pêle-mêle des améliorations du côté du client email KMail, la possibilité d'utiliser l'ergonomie de vi dans les éditeurs de texte KWrite et Kate, le support des archives protégées par mot de passe par le biais de Ark ou encore un nouveau gestionnaire d'impression.

Utilisé majoritairement sous Linux, KDE est aussi compatible avec Mac OS X et Windows. Le support de ce dernier a d'ailleurs été grandement amélioré avec cette version. Avec sa stabilité retrouvée, l'approche riche en fonctionnalités de KDE saura-t-elle convaincre les utilisateurs de l'épuré Gnome ?

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours