Firefox dépasse Internet Explorer 7 en Europe

le 17/07/2007 à 21:18
Firefox dépasse Internet Explorer 7 en Europe
Une nouvelle étude des parts de marché des navigateurs Web publiée par le site Xitimonitor pour l'Europe révèle l'engouement continue pour le navigateur Web de la fondation Mozilla.

L'étude en question a été réalisée du lundi 2 au dimanche 8 juillet 2007 sur un périmètre de 95 827 sites Web. Dans cette étude, la part de visites moyenne dans un pays européen est de 23,1% pour Firefox 2 et de 22,6% pour Internet Explorer 7 (sur l'ensemble des visites tous navigateurs confondus). Le navigateur de la fondation de Mozilla est donc enfin passé devant la dernière version du navigateur de Microsoft en Europe.

Pour rappel, lors de la précédente étude (du 5 au 11 mars 2007), c'était Internet Explorer 7 qui menait la danse avec 19% contre 15.6% pour Firefox 2.

Au global (toutes versions d'Internet Explorer confondues), Firefox reste derrière son principal concurrent. Ainsi, on parle d'une part de marché de 27,8% pour le navigateur libre contre 66,5% pour Internet Explorer. Viennent ensuite Opera, Safari et Netscape avec des parts respectives de 3,5%, 1,7% et 0,3%. Internet Explorer continue toutefois de perdre du terrain. Rappelons que sa part était de 73,3% il y a un an.

A lire également

Le 20 juillet dernier, l'équipe de Mozilla avait lancé un site promotionnel pour célébrer l'arrivée d'un événement symbolique : 1 milliard de téléchargements du navigateur Firefox. Cet après-midi l'objectif a été atteint. A cette occasion la fondation tient à souligner la dimension internationale de la communauté open source et invite les utilisateurs à envoyer leurs photos prises aux quatre coins du monde.

Au lendemain de sa sortie, Firefox 3.5 avait été téléchargé 5 millions de fois. Pour Firefox 3.0, la mouture précécente, Mozilla était entré dans le livre Guinness World Record avec 8 002 530 téléchargements. A ce jour, Firefox enregistrerait une part de marché globale de l'ordre de 27%. Au cours d'un entretien récemment recueilli par NetEco, Tristan Nitot, président de Mozilla Europe, annonçait un taux de pénétration de 30 à 33% dans l'Hexagone.

Ces derniers jours la fondation a beaucoup communiqué sur l'avenir de son logiciel en dévoilant quelques concepts de l'interface utilisateur pour les versions 3.7 et 4.0. Hier, les développeurs ont également reçu plusieurs informations concernant la prochaine mouture (3.6). Une nouvelle ergonomie, un nouveau système d'extension plus efficace et un navigateur plus rapide, autant de projets que nous concocte cette communauté open source ; autant dire que la bataille contre Chrome, Safari, Opera et Internet Explorer n'est pas prête de s'achever !
Les utilisateurs de Firefox 2 auront sans doute remarqué ce matin que le module de mise à jour automatique du logiciel leur suggérait l'installation d'une nouvelle mise à jour, estampillée 2.0.0.6. Proposée au téléchargement moins d'un mois après la sortie de la précédente version du navigateur, cette mise à jour vient corriger la faille relative à l'identifiant de ressource "firefoxurl://" découverte mi-juillet. Cet identifiant de ressources (URI, ou Uniform Resource Identifier) est par exemple utilisé par le logiciel pour lancer une application tierce à partir d'un lien placé sur une page Web.

Cette faille a récemment fait l'objet d'une controverse entre Mozilla et Microsoft. Lors de sa découverte, celle-ci impliquait l'utilisation conjointe d'Internet Explorer et de Firefox. Pour l'exploiter, il fallait d'abord charger un lien corrompu dans Internet Explorer, puis envoyer les informations à Firefox, qui se révélait alors susceptible de lancer un logiciel sans le consentement de l'utilisateur. La première réponse de Mozilla fut d'expliquer que seul Internet Explorer était à blamer, mais la fondation est ensuite rapidement revenue sur sa position pour reconnaitre que Firefox était également concerné. D'où cette correction, qui devrait rapidement être portée sur Thunderbird et Seamonkey.

Un rapport de l'US Cert daté du 27 juillet soulève toutefois une nouvelle problématique : cette faille pourrait en effet être inhérente à Windows, à partir du moment où Internet Explorer 7 est installé sur le système. La denrière version du navigateur aurait en effet modifié la façon dont Windows interprète les protocoles d'appel aux applications tierces, telles que la fonction "mailto:" censée ouvrir le client de messagerie. Via cette faille, il serait possible de faire appel à une application autre que celle à laquelle est normalement destiné l'URI.

- Télécharger Firefox

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours