Navigateur : Google Chrome arrive en version 1.0

le 12/12/2008 à 00:02
Navigateur : Google Chrome arrive en version 1.0
Il aura fallu un peu plus de cent jours, et quatorze mises à jour de la première bêta publique à Google pour finaliser la mouture finale de son navigateur Web, Chrome, qui nous arrive aujourd'hui en version 1.0.154.36. Un développement rapide, dont se félicite Google, revendiquant déjà dix millions d'utilisateurs actifs à travers le monde.

La firme de Mountain View promet avec cette première version finale une stabilité et des performances accrues, notamment au niveau de l'affichage des vidéos ou de l'exécution du JavaScript. Depuis la sortie de la bêta, début septembre, elle affirme en effet avoir multiplié par 1,4 la rapidité de son moteur V8 JavaScript, testé via le benchmark SunSpider.

Google annonce en outre l'apparition d'un gestionnaire de marques pages plus élaboré avec la possibilité d'organiser ses favoris, créer des dossiers ou encore effectuer une recherche rapide. Autre nouvelle intéressante, l'intégration d'un gestionnaire des paramètres de confidentialité. Vous pourrez ainsi activer la protection contre le phishing et les logiciels malveillants, définir un proxy ou encore paramétrer la gestion des cookies : affichage, autorisation, limitation, blocage.

Si, au chapitre des nouveautés à venir, l'équipe de développement annonce la prise en charge des flux RSS, elle explique concentrer désormais ses efforts sur la mise au point de versions Mac et Linux du logiciel, ainsi que sur sa future plateforme d'extensions.

De passage à Paris en début de semaine, à l'occasion de la conférence Web'08 (dont vous pouvez retrouver la couverture sur NetEco.com, notamment au travers de sujets vidéo comme Le Web'08 face au risque d'une crise 2.0), la vice-présidente produits de recherche et expérience utilisateur de Google, Marissa Mayer, avait annoncé que l'arrivée de Chrome en version finale était imminente. Elle n'aura finalement pas déçu ses interlocuteurs.

A lire également

Chacun prendra l'information à sa guise : soit Internet Explorer vient de passer sous la barre des 60% de parts de marché dans le monde, soit 60% des internautes sur Terre utilisent encore Internet Explorer, qui tient donc toujours la dragée haute à une concurrence accrue.

Quoi qu'il en soit, Net Applications vient de sortir ses derniers chiffres sur les parts de marché mondiales des navigateurs. Où l'on apprend que le butineur de Microsoft est à 59,95%. Un chiffre en baisse, donc, puisqu'en mars il était à 60,65%, et qu'un an auparavant, en avril 2009, il était encore utilisé par 67,77% des internautes. Cela représente une chute de 10 points en 15 mois, Internet Explorer étant passé sous la barre des 70% en janvier 2009.

Sans présomption d'expliquer la tendance, il faut tout de même noter les performances des différentes versions d'Internet Explorer : si la version 8 a connu une rapide hausse, passant à 24,66% et dépassant largement Internet Explorer 7 et ses 12,50%, la version 6 du navigateur enregistre encore 17,58% des parts de marché. Dans cette configuration, la version 3.6 de Firefox arrive derrière Internet Explorer 8 et 6, mais devant la version 7. Tous les grands concurrents de Microsoft ont des taux de mise à jour bien plus élevés.

A qui profite la baisse d'Internet Explorer ? A peu près tous ses concurrents. Firefox semble avoir repris le chemin d'une hausse modeste après une chute modérée, et frôle les niveaux qu'il connaissait en fin d'année dernière avec 24,59%. Safari, à la quatrième place derrière Google Chrome, poursuit sa croissance : le navigateur a enregistré une hausse modeste de 0,08% sur un mois, mais l'accumulation de ces performances lui a valu un accroissement global de 1,19% en un an, passant de 3,53% en avril 2009 à 4,72% le mois dernier.

Mais c'est à Google Chrome que profite le plus la baisse du navigateur de Microsoft. Avec 0,6% supplémentaire sur un mois, le butineur de Google gagne près de 5 points en un an, passant de 1,79% à 6,73%. Aucune conclusion à en tirer sur le long terme, tant Chrome est encore jeune. Le navigateur a d'ailleurs bénéficié en décembre 2009 de l'arrivée des versions Linux et Mac, qui n'a pas bousculé sa croissance.

Côté Opera, rien de nouveau : le navigateur stagne depuis novembre 2009 entre 2,30% et 2,40%. Il obtient pour le mois d'avril 2010 2,30% de parts de marché dans le monde. Soit une hausse de 0,26% en un an. Ce chiffre mitigé est cependant nuancé par la vigueur de la version Mini du navigateur, qui passe à 0,79% au mois d'avril, alors qu'il atteignait 0,25% de parts de marché jusqu'à juin 2009. Il faudra surveiller ce chiffre pour voir si les récentes annonces autour d'Opera sur iPhone, dans les marchés émergents ou des acquisitions réalisées impacteront la place du navigateur sur mobile, secteur qui semble de plus en plus stratégique pour l'éditeur.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours