Les microformats

le 07/05/2007 à 13:32
Les microformats
Web 2.0 a ses aspects positifs et négatifs. Outre les progrès technologiques frénétiques, l'Ajax, le contenu organisé sémantiquement et la popularité grandissante des fichiers RSS, le terme "Web 2.0" n'a toujours pas réussi à renouveler le Web au dela d'une révolution technologique.

Un des termes à l'horizon est Microformats (parfois abrégés en µF ou uF) : des formats qui rendent possible la création de méta données, qui peuvent être lues mais aussi comprises par les machines (ce qui est la base du Web sémantique, et n'est pas Web 2.0). Cet article vous donne une idée ce que c'est, de leurs avantages et de leur utilisation pour enrichir votre contenu, et le rendre plus accessible aux moteurs de recherche.

- Microformats: What They Are and How To Use Them
- Del.icio.us microformats
- Microformats : Méta-données pour les humains et les machines

A lire également

Au sein du code HTLM d'une page web, il existe certains éléments qui, à l'heure actuelle, ne sont pas visibles pour l'internaute car non interprétés graphiquement. Le microformat permet d'identifier des données selon leur nature pour que celles-ci puissent être traitées par la suite sur un logiciel local. Ainsi, une carte de visite au format VCard sera automatiquement ajoutée au carnet d'adresses. Certains services web, tels que Gmail ou Yahoo! Mail, font usage de ces tags afin d'apporter une meilleure ergonomie à leurs services pour par exemple ajouter à son calendrier en ligne un événement reçu par email.

Le magazine ReadWriteWeb rapporte que lors de la conférence FOOcamp, Alex Faaborg, en charge du design chez Firefox, a présenté quelques démonstrations visant à conceptualiser l'interprétation des microformats par le navigateur.

M. Faaborg estime que Firefox pourrait agréger l'ensemble des données identifiées en tant qu'événements ou lieux géographiques. Dans le premier exemple ci-dessous, l'utilisateur procède à une recherche sur plusieurs sites Internet. De son côté, le navigateur organise les données au sein du panneau latéral. Par la suite ces données sont utilisées localement au travers den certaines applications comme Google Earth pour pouvoir être visualisées simultanément.

Le second exemple résulte d'une analyse de l'historique de navigation avec un filtre spécifique sur les microformats utilisés pour identifier les événements. Il en résulte alors un calendrier auto-généré organisant ces rendez-vous. L'interprétation des microformat sera-t-elle le nouveau champ de bataille de Mozilla ? Quoiqu'il en soit, cela contribuera certainement à lever certaines frontières entre le web et les applications locales.
Microsoft aurait-il décidé d'apprendre de ses erreurs passées ? Alors que plus de cinq années ont séparé la sortie d'Internet Explorer 6 de l'apparition de la version 7, l'éditeur de Redmond entend désormais mettre à jour son navigateur à une fréquence minimum de deux ans. IE8 pourrait donc être publié avant la fin de l'année 2008. Les objectifs annoncés sont, comme à l'époque d'IE7, une sécurité toujours plus importante, une plus grande simplicité d'utilisation ainsi qu'une meilleure prise en charge des standards du Web.

Autre contrainte, non avouée celle-ci : la nécessité de ne pas laisser Firefox, le navigateur de la fondation Mozilla, prendre une trop grande longueur d'avance. On attend en effet la première version bêta de Firefox 3 pour le mois de juillet 2007.

D'après Chris Wilson, responsable des développements d'Internet Explorer, la version 8 devrait apporter une meilleure prise en charge des spécifications CSS 2.1 (feuilles de style). Elle devrait également se montrer plus respectueuse des standards du Web, ce qui ravirait les développeurs de sites. Un dilemme se pose toutefois : comment concevoir une mouture d'Internet Explorer conforme avec les recommandations du W3C sans casser la compatibilité avec les sites conçus pour les précédentes versions du navigateur ?

Les technologies asynchrones de type AJAX sont également au coeur du développement d'IE8, tout comme l'amélioration de la gestion des flux RSS et des différents protocoles de syndication de contenus. Microsoft évoque également la prise en charge des microformats qui sont, pour simplifier, un ensemble de nouvelles balises destinées à la formation d'un nouveau xHTML sémantique. Ces microformats devraient pouvoir être interprétés par Firefox 3. Enfin, Microsoft envisage de laisser la possibilité à l'internaute de personnaliser Internet Explorer.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours