Windows 7 disponible plus tôt que prévu ?

le 22/10/2008 à 22:28
Windows 7 disponible plus tôt que prévu ?
Microsoft dévoilait récemment le nom commercial du successeur de Windows Vista. Steve Ballmer en personne, PDG du géant du logiciel, indiquait alors que Windows 7 ne serait pas disponible avant janvier 2010. D'après plusieurs sources, il se pourrait néanmoins qu'il sorte avant le mois de novembre 2009.

Le PDG d'Asus Jerry Shen a ainsi déclaré dans une interview accordée au magazine anglophone Laptop Mag que ses ultra-portables économiques Eee PC seraient livrés sous Windows 7 dès le second semestre 2009. "Je pense que prochainement, au cours de la deuxième moitié de l'année prochaine, nous mettrons Windows 7 sur les Eee PC", a-t-il confessé. Le fabricant taiwanais souhaite effectivement faire l'impasse sur Windows Vista, continuant de livrer ses machines sous Windows XP ou Linux en attendant que Windows 7 soit disponible.

Laptop Mag a également interrogé Jerry Shen au sujet des fonctionnalités tactiles multi-points de Windows 7. Le PDG a répondu que certains modèles intégreront ces fonctions, ajoutant que l'Eee PC tactile d'Asus pourrait prendre la forme d'une tablette ou "une forme alternative", sans entrer dans les détails. Le fabricant prévoit d'en dire plus au premier trimestre de l'année 2009.

Par ailleurs, Microsoft a indirectement approuvé ces révélations. La conférence WinHEC qui se tient cette année comme quasiment tous les ans début novembre serait en effet d'après le site de l'événement la dernière avant la sortie du système d'exploitation. Windows 7 devrait donc logiquement être disponible avant le mois de novembre 2009, à moins que la WinHEC 2009 n'ait pas lieu ou qu'elle soit décalée.

Quoi qu'il en soit, de plus amples informations seront probablement divulguées pendant la PDC 2008 qui se tiendra à Los Angeles du lundi 27 au jeudi 30 octobre.

A lire également

Le 22 octobre, en France, les consommateurs devraient pouvoir acquérir une licence de Windows 7 en édition Familiale Premium pour un peu moins de 200 euros et plus de 300 euros pour la version Integral. A l'autre bout du monde, en Chine, Windows 7 Integral est déjà disponible pour...2 euros. Plus précisément les versions piratées du prochain système d'exploitation de Microsoft seraient déjà en libre circulation au milieu des faux iPhone et répliques de sac à mains de luxe.

Matthew Cheung, analyste au cabinet Gartner, explique en effet que le facteur déterminant poussant les gens à acquérir de fausses licences de logiciels reste bel et bien le prix de vente pratiqué par l'éditeur. "Si vous tentez de vendre un logiciel à 2000 yuans à un étudiant qui ne gagne de 400 yuan par mois, cela ne fonctionnera pas pour la plupart des consommateurs", affirme-t-il. Certes la firme de Redmond multiplie les initiatives à destination des étudiants et devrait commercialiser l'édition Familiale Premium de Windows 7 pour 399 yuans (39 euros)... cela reste tout de même 15 fois plus cher qu'une copie piratée.

En juillet 2007, différentes arrestations en Chine ont permis le démantèlement d'un réseau accusé d'avoir émis pour plus de deux milliards de dollars de logiciels contrefaits, distribués par la suite dans plus de 27 pays différents. Bon nombre de ses logiciels étaient des produits Microsoft, de Windows Vista à Office 2007 en passant par Office 2003 ou Windows Server. Déclinés dans plus de 13 langues, les logiciels étaient commercialisés auprès d'entreprises et de particuliers. David Finn, avocat conseil spécialisé dans les affaires de piratage chez Microsoft avait alors déclaré : " Il s'agit du plus important réseau de piratage que nous ayons jamais vu, et nous pourchassons les contrefacteurs de logiciels dans le monde entier depuis 15 ans ".

Sur la question de l'ampleur du piratage en Chine les experts restent divisés. Pour Gartner, d'ici 2012, ces activités illégales seront réduites de moitié. Edward Yu, directeur de la firme Analysys International, estime pour sa part qu'"il s'agit d'un problème à long terme, 10 ou 20 ans".
En développement depuis de trop longs mois, la version finale d'Internet Explorer 8.0 est aujourd'hui disponible pour tout un chacun. La nouvelle mouture du célèbre navigateur Microsoft apporte divers changements à commencer par le plus discutable d'entre tous, le changement de moteur de rendu. Sur le papier, ce changement avait pourtant tout pour plaire puisqu'avec son nouveau moteur d'affichage des pages Web Internet Explorer 8.0 se vantait de respecter enfin les standards du Web. Oui mais voilà à trop vouloir respecter les standards du Web, Internet Explorer 8.0 pose de nouveaux problèmes puisqu'un certain nombre de sites optimisés pour les précédentes versions du logiciel sont aujourd'hui tout simplement incompatibles avec le nouveau fureteur. Du coup, Microsoft a du faire machine arrière en introduisant un mode de compatibilité qui permet de revenir au moteur de rendu d'Internet Explorer 7.0 pour les pages récalcitrantes.

Au delà de ce changement majeur mais hélas invisible pour beaucoup, Internet Explorer 8.0 profite de nombreuses améliorations. Pour la stabilité, chaque onglet s'exécute dans un processus séparé et peut être récupéré en cas de plantage. Du côté de la sécurité, la barre d'adresses met en surbrillance le nom de domaine du site visité pour bien faire ressortir toute tentative de détournement alors que le navigateur intègre une protection contre le cross site scripting qui vise à rediriger un trop grand nombre de fois une action.

Passons maintenant à l'ergonomie : le dernier navigateur de Microsoft propose de colorier les onglets appartenant au même site Web lorsque plusieurs onglets sont affichés alors que les accélérateurs font leur apparition. En sélectionnant simplement du texte, on peut, via un clic droit notamment, l'envoyer par email, le blogguer sur Live Spaces ou encore rechercher l'adresse sur Windows Live Maps (par exemple). Parallèlement, Microsoft introduit les Web Slices, une fonction de découpage d'une page Web, à condition que le site Internet visité soit prévu pour. Et Microsoft de proposer un mode de navigation discret, baptisé InPrivate, qui permet de visiter des sites Web sans laisser des traces.

D'après Fabrice Milhoud, porte parole de Microsoft France : "Internet Explorer 8.0 apporte des améliorations en terme de sécurité avec la mise à jour de ses filtres ainsi que l'apparition du XSS, mais aussi de respect de la vie privée avec le mode InPrivate, et en terme de simplicité et de rapidité pour l'utilisateur avec l'apparition des web slices et des accélérateurs".

De son côté, Tristan Nitot, président de l'association Mozilla Europe et ardent défenseur de Firefox, a pu s'exprimer sur la sortie d'Internet Explorer 8.0 dans les colonnes de NetEco. Selon lui : "On note des progrès en terme de support des standards (CSS, principalement) et aussi en terme de rapidité, dans une moindre mesure. Mais aujourd'hui, les navigateurs modernes travaillent sur deux aspects essentiels : d'une part, des moteurs JavaScript avec compilation juste à temps, ce qui permet de faire passer les applications Ajax à la vitesse supérieure, d'autre part, HTML 5, particulièrement Canvas (graphiques manipulés par JavaScript) et la vidéo native. Internet Explorer ne propose rien sur ces différentes technologies et sur SVG (Scalable Vector Graphics)".

Attention aux utilisateurs de Windows 7 : Microsoft précise que l'actuelle mouture de Windows 7 intègre une version d'Internet Explorer en pre-release 8.0 optimisée pour ce système et activant des fonctions spéciales. La version finale du navigateur sera intégrée dès la publication de la première release de Windows 7 !

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours