Google Chrome, au lendemain de sa sortie

le 08/09/2008 à 23:00
Google Chrome, au lendemain de sa sortie
Afin de connaître l'impact réel de Google Chrome sur les internautes de l'hexagone, le baromètre Xiti Monitor a publié une étude du trafic Internet en France pour la journée du 3 septembre dernier. D'emblée, le navigateur de Google rafle la quatrième place avec 1,01% et, en quelques heures seulement, devance le norvégien Opéra. En comparant le trafic web entre le 1er et le 3 septembre, Xiti a pu observer l'impact de Chrome sur l'utilisation des autres navigateurs. En affichant une baisse d'utilisation de 0,31%, le leader du marché, Internet Explorer, fut certainement touché par la sortie de Chrome, mais ce sont surtout les utilisateurs de Mozilla Firefox qui ont téléchargé et essayé le navigateur de Google (-2,61%). A la troisième place, Safari, n'a reculé de 0,48%.

Pour l'analyse de ces chiffres, il important de considérer le lancement très récent de Chrome. Xiti Monitor affirme d'ailleurs qu' "il ne faut bien sûr pas tirer de conclusion hâtive sur les résultats de cette première journée qui peuvent notamment être le reflet de comportements spécifiques." S'il est certain que le lancement de Google Chrome fut pour le moins, triomphant, ni Mozilla, ni Opéra ne semblent inquiets pour leur avenir. Dans un entretien publié sur Neteco, Tristant Nitot, président de Mozilla Europe, reconnaît que le moteur JavaScript V8 de Chrome est intéressant "mais il faut attendre de voir en vrai ce que ça donne" déclare-t-il. Ces propos sont soutenus par Brendan Einch, directeur des opérations techniques chez Mozilla, qui a récemment publié un test du moteur JavaScript TraceMonkey - lequel sera embarqué dans le prochain opus de Firefox et afficherait de meilleures performances que celui de Chrome. Au cours d'un entretien recueilli par le magazine The Register, Jon von Tetzchner, PDG d'Opera déclare : " nous avons repéré certaines influences d'Opera comme les onglets placés au-dessus la barre d'adresse, les fonctions de Speed Dial et de recherche - mais cela signifie que nous faisons les chose bien". Plutôt que d'afficher une inquiétude face au succès de Google Chrome, Tetzchner adopte une attitude résolument anti-Microsoft : " s'ils prennent des parts de marché à Microsoft alors c'est aussi bien pour nous - parce que leur intégration des standards est mieux que celle d'Internet Explorer".

En créant la surprise générale, Google a suscité la curiosité des journalistes mais aussi des blogueurs, ce qui lui a valut une large couverture médiatique. En effet, si déjà plus de 76 000 billets traitants d '"Internet Explorer 8" sont référencés dans l'annuaire de blogs Technorati, le moteur a tout de même indexé plus de 12 000 articles consacrés à "Google Chrome" contre à peine 1600 pour "Firefox 3.1". Bien que la version bêta 2 d'Internet Explorer 8 ait été lancée à la fin du mois d'août, le site français de Google News ne répertorie à l'heure actuelle que 189 articles dans lesquels les termes "Internet Explorer 8" sont mentionnés contre 663 articles pour "Google Chrome" pourtant lancé une semaine plus tard.

Cependant, malgré le buzz généré, pour Google, le pari n'est pas encore gagné. En effet, si certains services de la compagnie ont connu un franc succès tel que Gmail ou Google Calendrier, d'autres, pourtant largement médiatisés, comme Google Checkout n'ont pas eu la même chance. Alors quel sera l'avenir pour Google Chrome ? Va-t-il continuer de grignoter des parts de marché? ou se faire doucement oublier ?

A lire également

Le navigateur de Google est finalement arrivé et son nom, comme vous le savez probablement déjà, est Chrome. Bien qu'il soit open source, le logiciel n'est disponible en téléchargement que pour les utilisateurs de Windows. Chose appréciable, le fichier d'installation de ne pèse que 475 ko.

L'interface

Avec une interface plutôt dépouillée, Chrome s'inscrit véritablement dans la lignée des produits de Google. En terme d'ergonomie, l'interface s'inspire de celle d'Opera : les onglets de navigation sont placés au-dessus de la barre d'adresse. D'un simple glisser-déposer ces onglets peuvent être ré-ordonnés ou ouverts dans une autre fenêtre. Les utilisateurs de Firefox ne seront donc pas totalement dépaysés. Pour profiter au mieux d'une interface simple, Chrome n'intègre pas de barre d'outils, quant à la barre d'état, celle-ci n'apparaît que très brièvement en bas à gauche lors du chargement d'une page web. Pour l'instant, l'interface reste standard : il n'est pas possible de rajouter d'autres boutons, ni de changer le thème de l'interface.

La rapidité

En se basant sur WebKit et un nouveau moteur JavaScript "V8", l'affichage des pages est extrêmement rapide. Nous avons observé des performances un peu meilleures que celles de Firefox 3.0.1 et comparables à celles de Safari 4. En termes de stabilité, Chrome introduit une nouvelle technologie multi-processus par laquelle chaque onglet peut être géré indépendamment des autres. Ainsi si une page web mal codée devait rendre la navigation du site impossible, cela n'affecterait pas l'utilisation des autres onglets. Par la suite l'utilisateur n'aurait qu'à fermer cet onglet et/ou à analyser l'état de son processus sur un gestionnaire de tâches directement embarqué dans Chrome.

L'historique

Chrome analyse précisément l'historique de votre navigation pour vous présenter au démarrage - ou à l'ouverture d'un nouvel onglet - une liste des sites les plus visités sous forme de vignettes au côté d'un moteur de recherche et d'une liste des favoris récents. Bien sûr, il est aussi possible de déterminer votre page d'accueil par défaut. Chrome propose aussi une page interne listant l'intégralité de votre historique classée par date ainsi qu'un moteur de recherche dédié.

Les outils

Chrome intègre un mode de navigation privée. Lorsque ce dernier est actif, aucune page visitée n'est enregistrée dans l'historique du navigateur ou l'historique des recherches. Par ailleurs aucun cookie ne sera conservé. Aussi, les développeurs web seront ravis d'apprendre, que l'inspecteur d'éléments des pages, accessible depuis un clique droit, donne des informations très précises sur l'architecture du code HTML et de la feuille de style.

Les particularités

L'utilisateur devra néanmoins se familiariser avec quelques particularités. Exit le champ de recherche, celui-ci est désormais fusionné avec la barre d'adresse pour former la "Omnibox". Il est possible de choisir son moteur de recherche favori dans les options du navigateur. Bien sûr, Google en a profité pour placer le sien par défaut. Notez que pour entrer dans le mode plein écran, il est inutile de presser la touche F11 : cela ne fonctionnera pas! Il faudra avoir préalablement crée un raccourci de la page web. Plutôt contraignante, heureusement que cette procédure n'est pas requise pour le visionnage des vidéos.

Un navigateur perfectible

Avec Chrome, Google prétend proposer un outil optimisé pour les applications Internet d'aujourd'hui. Il est vrai que le moteur JavaScript est très performant. Cependant, le navigateur ne semble pas prendre en charge les flux RSS; il ne lit pas non plus les fichiers XML.

Au lendemain de sa sortie, les performances de Google Chrome et la stabilité du logiciel sont plutôt prometteuses. Mais cela suffira-t-il à convaincre les utilisateurs de Firefox habitués à leurs précieuses habitudes de surf ?

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours