Fraude : 41 millions de comptes bancaires détournés

le 06/08/2008 à 22:42
Fraude : 41 millions de comptes bancaires détournés
Aux Etats-Unis, le plus grand piratage de cartes de crédit vient d'être dévoilé. Les autorités fédérales ont arrêté onze personnes accusées d'avoir détourné plus de 41 millions de comptes bancaires. Albert Gonzalez, à la tête de ce réseau criminel international, a été arrêté mardi dernier à Boston pour fraude informatique et détournement d'identités. Il risque l'emprisonnement à perpétuité. Gonzalez et ses acolytes américains, ukrainiens, estoniens, chinois et biélorusses pratiquaient le "war driving", un procédé visant à repérer les réseaux WiFi des commerces pour identifier les vulnérabilités de leurs ordinateurs.

Sur ces machines, ils installaient des programmes espions leur retournant les informations bancaires des clients, notamment le code secret de leur carte. En ligne de mire nous retrouvons de grandes chaînes américaines telles que les librairies Barnes & Noble, le détaillant en fournitures bureautiques OfficeMax ou Sport Authority, un magasin spécialisé dans les articles de sport.

Selon les autorités, les escrocs ne se contentaient pas d'imprimer les numéros bancaires sur des cartes magnétiques vierges afin de pouvoir retirer plusieurs milliers de dollars dans des distributeurs de billets. Le groupe vendait aussi ces informations sur Internet en se tournant vers l'ukrainien Maksym Yastremskiy et l'estonien Aleksandr Suvorov.

Lors d'une conférence de presse à Boston, Michael B. Mukasey, procureur des Etats-Unis, a déclaré : "Les réseaux informatiques comme Internet sont deux éléments indispensables de l'économie mondiale. S'ils apportent d'extraordinaires moyens de commerce et de communication, ils sont aussi de formidables opportunités pour les criminels."

Déjà en 2003 Albert Gonzalez avait été arrêté par les Services Secrets pour des charges similaires. Cependant, il avait collaboré avec la brigade anti-fraude pour arrêter le groupe de pirates ShadowCrew accusé de vendre des informations financières détournées. "Dès que nous avons su que M. Gonzalez travaillait en parallèle avec des criminels pour partager des informations confidentielles, nous avons immédiatement pris la chose en main. ", a expliqué Mark Sullivan, directeur des services secrets.

En plus d'une peine de prison, le procureur a requis une amende d'au moins 1,6 million de dollars. "De toute évidence, ces gars-là étaient sophistiqués et organisés" commente Toby Weiss, directeur général de la firme Application Security, au NY Times.

A lire également

Nous vous en parlions mardi dernier, cette semaine le hacker Albert Gonzalez est passé en procès pour les crimes financiers qu'il a commis en 2006. Au mois d'août 2008, les autorités fédérales américaines l'avaient arrêté avec onze autres personnes, toutes accusées d'avoir détourné plus de 41 millions de comptes bancaires. A la tête de ce réseau de fraude, il avait avoué un an plus tard avoir piraté plus de 130 millions de numéros de cartes bancaires en se faufilant sur les serveurs de plusieurs sociétés.

L'avocat de l'accusation avait demandé une sentence exemplaire de 25 ans de prison ; une requête justifiée par le fait que le jeune homme de 28 ans se trouvait au coeur de "l'une des plus grosses et plus coûteuses séries de vol d'identité de l'histoire du pays".

Au terme du procès qui s'est déroulé hier jeudi 25 mars 2010, Albert Gonzalez a finalement été sanctionné à 20 ans de prison. Suite à une indulgence demandée par le pirate, le juge a tenu compte du dossier de la défense mettant en lumière le passé d'alcoolique et de toxicomane ainsi que les conditions médicales de l'accusé décrivant une légère forme d'autisme.

Ces cinq années gagnées pourraient cependant être vite perdues puisque Albert Gonzalez doit prochainement comparaître pour une autre affaire de piratage au sein de laquelle il a avoué avoir détourné plusieurs autres dizaines de millions de cartes de crédit via les serveurs de plusieurs chaînes d'épiceries et supermarchés.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours