Tout sur les index

le 27/06/2008 à 22:34
Tout sur les index
Les index n'ont plus de secret pour dbnewz, et il n'en n'auront plus pour vous non plus quand vous aurez lu ce long dossier. En plus du classique EXPLAIN qui explique l'utilisation des index par les requêtes, vous pourrez découvrir PROCEDURE ANALYSE(), qui optimise le type de données pour votre table.

Index simples, index multiple, choix des index : tout y passe. Il ne reste que la structure des index et leurs performances, à voir dans les prochains articles.

- Les index MySQL : types, placements, efficacité

A lire également

Note de l'auteur :

Disposer d'un MCD (modèle conceptuel de données) lorsqu'on travaille sur une requête SQL impliquant différentes tables représente un gain de temps.

Il est en effet plus rapide de jeter un coup d'oeil sur un MCD afin de repérer quels sont les champs qui lient une table à une autre plutôt que d'enchainer les DESC ma_table, puis repérer la clé primaire et les éventuelles clés étrangères, et rebolote sur la ou les tables de destination

La prochaine série d'articles sur les index MySQL va nous amener à enchainer quelques requêtes sur une des deux bases d'exemple disponibles sur le site de MySQL : world et sakila, le prétexte est donc tout trouvé pour évoquer ici la solution que j'ai retenu pour obtenir le MCD de ces tables : DBDesigner 4.

Cet outil n'est pas nouveau, son successeur officiel est même déjà connu, il s'agit de MySQL Workbench. Celui-ci n'étant pas encore disponible sous linux, nous utiliserons son ancêtre et plus particulièrement sa fonctionnalité de reverse engineering : une fois connecté à votre base, DBDesigner 4 va générer sous forme graphique vos tables, leurs descriptions, et si tout se passe bien, les relations entre vos tables.

- DBDesigner 4 : générer son MCD par reverse engineering
- sakila
- MySQL workbench
- DBdesigner 4
Selon une étude indépendante menée par Google Switzerland, IBM Internet Security Systems et CSG ETH Zurich, les utilisateurs de FireFox sont les plus prudents, car ils utilisent la toute dernière version du système (à l'exception de 16% d'entre eux). En fait, les chiffres sont beaucoup plus bas pour Safari, Opera et Internet Explorer. Ces derniers sont 1 sur 2 à ne pas utiliser la dernière mouture du navigateur.

Alors que tout ces navigateurs utilisent un système de surveillance automatique de la dernière version, il y a encore tant d'utilisateurs qui ignorent ces mises à jour. Pourtant, il n'y a qu'un seul clic, sauf si on ne dispose pas des droits pour cela sur la machine.

Les auteurs de l'étude propose au final de mettre une date de péremption sur les navigateurs : meilleur si utilisé avant... Cela rappelle les licences temporaires, mais maintenant, avec une argumentation sécuritaire.

- Firefox Users Are The Safest
- Examination of vulnerable online Web browser populations and the "insecurity iceberg"

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours