Eric Besson : un plan pour l'économie numérique

le 10/04/2008 à 21:40
Eric Besson : un plan pour l'économie numérique
Nommé secrétaire d'état à l'économique numérique à la faveur du dernier remaniement gouvernemental, Eric Besson, jusqu'à présent Secrétaire d'Etat chargé de la Prospective et de l'Evaluation des politiques, a présenté mercredi en Conseil des Ministres ses priorités en matière de nouvelles technologies.

Tout en soulignant les atouts de la France, notamment en matière de connexion ADSL ou d'utilisation massive des blogs, il a également regretté que les NTIC ne pesaient que 6% de notre PIB contre 12% pour les Etats-Unis et jusqu'à 18% pour des pays européens comme la Finlande.

Pour développer cette "économie numérique", le nouveau secrétaire d'état se fixe trois grands objectifs :
1) donner à l'ensemble de ses concitoyens et pour chacun des territoires l'accès à l'Internet haut débit fixe et mobile, ainsi qu'à la télévision numérique terrestre, à l'horizon 2012.
2) accélérer le développement de nouveaux modèles de diffusion des contenus (presse, audiovisuel, musique) en veillant toutefois à ce que le net ne devienne pas une "zone de non droit"
3) développer les usages (éducation, télétravail, applications dans le domaine de la santé, commerce électronique, création de jeunes entreprises innovantes,…) et faire des nouvelles technologies un instrument de modernisation des services publics (formalités en ligne, guichets virtuels,...).

Des priorités qui s'inscrivent en tout cas dans la continuité des précédentes politiques, de gauche comme de droite, et qui devraient se concrétiser par la présentation au Président de la République d'un "plan de développement de l'économie numérique", attendu avant le 31 juillet, et dont le contenu devrait être discuté lors "d'assises du numérique", organisées dès le mois de Mai afin de faire de la France une "grande nation du Numérique".

A lire également

Dix huit mois après l'annonce d'un plan d'investissement d'un milliard d'euros dans la fibre optique, Maxime Lombardini, Directeur Général de l'opérateur Free, accueillait hier matin Eric Besson, tout nouveau secrétaire d'Etat à l'économie numérique, dans l'un de ses tous premiers noeuds de raccordement optiques (NRO), situé dans le 15e arrondissement parisien.

Une rencontre qui a également permis aux dirigeants de Free de faire un peu de lobbying en faveur d'une meilleure mutualisation des infrastructures en fibre optique.

Car tout en poursuivant l'installation de fibre optique dans certains immeubles, Free entend pouvoir exploiter la boucle locale optique déployée par ses concurrents dans de meilleurs conditions.

Comme pour l'ADSL, Free souhaiterait notamment mutualiser cet accès au niveau des NRO tandis que France Telecom lui propose une connexion directe mais plus laborieuse, aux pieds des 90 000 immeubles de la capitale...
Dans un contexte économique troublé, la présentation par Nicolas Sarkozy du plan numérique a été reportée à la semaine prochaine. Initialement prévu ce lundi 13 octobre 2008, le discours du Président de la République a été retardé "en raison de la mise en oeuvre des conclusions du Sommet des états de la zone euro".

Le plan numérique 2012, si l'on se réfère aux interventions récentes des secrétaires d'Etat Eric Besson et Luc Chatel, respectivement chargés du développement de l'économie numérique et de l'industrie, vise à faire de la France "une puissance numérique à l'égal des économies les plus dynamiques de notre planète". On pense aux pays nordiques, aux Etats-Unis, au Japon, à la Corée du Sud et aux nouvelles puissances asiatiques.

Pour ne pas être éclipsée de l'échiquier mondial, la France doit favoriser l'épanouissement de secteurs clés comme le très haut débit (fibre), la télévision numérique et le multimédia mobile. Aujourd'hui, bien que la France soit un des moteurs de l'accès internet par ADSL, les technologies de l'information et de la communication (TIC) ne pèsent que 6% de notre PIB. Par comparaison, cette proportion est de 18% en Finlande, de 17% en Corée et de de 12% aux Etats-Unis.

La France entend porter à 70% d'ici 2010 la part des ménages équipés d'un ordinateur (contre 55% actuellement) et, à l'horizon 2012, connecter 99% des Français à l'internet haut débit (contre 44% fin 2007), ainsi qu'à la télévision numérique terrestre. Il s'agit par ailleurs, d'accélérer le développement de nouveaux modèles de diffusion des contenus et de développer les usages numériques. Reste à savoir quels moyens humains et matériels l'Etat français va engager dans ce plan numérique 2012. Réponse, la semaine prochaine.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours