Tibet : la Chine bloque l'accès à YouTube

le 17/03/2008 à 19:16
Tibet : la Chine bloque l'accès à YouTube
L'accès à YouTube a été partiellement interdit en Chine dimanche, suite à la diffusion de vidéos relatives aux manifestations qui opposent, depuis vendredi, des milliers des Tibétains aux forces de police locales. Les internautes chinois qui tentent de se connecter à l'adresse YouTube.com ne parviennent à afficher qu'une page blanche ornée d'un message d'erreur, rapportent différents journalistes installés dans le pays. Alors que la tension monte au Tibet, cinq mois avant l'ouverture des Jeux Olympiques de Pékin, le gouvernement chinois refuse de commenter ce blocage.

Les vidéos concernées sont des montages de différentes photos prises pendant les manifestations qui se sont déroulées en fin de semaine dernière à Lhassa, la capitale du Tibet. Associées à des slogans demandant l'indépendance du Tibet, elles montrent l'impressionnant dispositif policier déployé par Pékin. Les seules images diffusées par la télévision chinoise montrent quant à elles des manifestants tibétains attaquant des commerces tenus par des Chinois, rapporte l'AFP. Une chape de plomb pèse aujourd'hui sur le Tibet, où aucun journaliste étranger autre que ceux qui disposaient déjà d'un visa ne peut plus pénétrer.

D'après Pékin, les émeutes auraient fait treize morts parmi les manifestants, mais les forces de l'ordre n'auraient pas fait usage de leurs armes. Le gouvernement tibétain, exilé en Inde, estime pour sa part que le bilan pourrait se monter à quatre-vingt victimes, et appelle à l'ouverture d'une enquête internationale. Pékin a donné un ultimatum aux émeutiers tibétains, les incitant à se rendre avant lundi, minuit, sous peine de sévères sanctions.

La Chine, qui compterait aujourd'hui plus de 210 millions d'internautes, a plusieurs fois interdit, de façon temporaire ou permanente, l'accès à des sites étrangers susceptibles de véhiculer des contenus sapant l'image du gouvernement de Pékin.

A lire également

Promesses non tenues ? En dépit des engagements passés il y a sept ans, lors de l'attribution des Jeux Olympiques à la ville de Pékin, le gouvernement chinois assure toujours le blocage de certains sites Web, rapporte cette semaine l'agence AP. Seraient notamment concernés le site de l'association Amnesty International, certains médias occidentaux comme la BBC, ainsi que les noms de domaine où figure le terme Tibet, même depuis le centre de presse international depuis lequel plusieurs milliers de journalistes ont prévu de couvrir l'actualité de ces Jeux 2008.

Le gouvernement chinois, qui bloque régulièrement l'accès de sa population à certains sites (Wikipedia ou YouTube en ont, parmi d'autres, déjà fait les frais), s'était pourtant engagé à assurer une totale liberté sur le Web à la presse étrangère pendant la durée des Jeux. En avril dernier, deux officiels avaient réaffirmé cette promesse au Comité international olympique.

Il semblerait que celle ci soit finalement nulle et non avenue : le CIO a en effet fait savoir mercredi que la levée du blocage ne concernerait que les sites relatifs à la compétition. "Notre promesse était que les journalistes pourraient se servir d'Internet pour leur travail pendant les Jeux olympiques. Et nous leur avons donné suffisamment d'accès pour cela", a plaidé Sun Weide, le porte-parole du comité d'organisation des Jeux olympiques.

Vécue comme un véritable camouflet par les quelque 5000 journalistes déjà sur place, qui se plaignent en outre de débits particulièrement lents, la situation fera l'objet d'une nouvelle concertation avec les autorités chinoises, a assuré le CIO.

"A neuf jours de la cérémonie d'ouverture, il s'agit d'une provocation supplémentaire des autorités chinoises. Cette situation nous laisse craindre de nombreux cas de censure pendant les Jeux. Nous dénonçons l'immobilisme du Comité international olympique face à cette situation et sommes plus que sceptiques quant à sa capacité à "veiller" à la diffusion de l'information", vilipende l'association Reporters sans frontières dans un communiqué.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours