News

le 16/12/2010 à 00:00
Opera 11 disponible en version finale
Opera 11 est désormais disponible en version finale et en téléchargement sur Clubic pour Windows, Mac et Linux. Cette mise à jour majeure n'est pas avare en nouveautés. Elle inaugure tout d'abord la prise en charge tant attendue d'extensions développée en HTML, CSS et JavaScript. Tout comme ses concurrents Mozilla Firefox, Google Chrome et Safari, le navigateur norvégien dispose enfin d'une bibliothèque officielle et d'un véritable gestionnaire d'extensions intégré. Basées sur les spécifications du W3C, ces extensions pourront être rapidement portées vers, mais aussi importées depuis les navigateurs Google Chrome et Safari partageant la même technologie. Elles peuvent être rapidement installées, configurées, désinstallées sans nécessiter le redémarrage du navigateur, disposeront d'une interface graphique, tourneront en tâche de fond et pourront être désactivées en un clic lors de la consultation de sites sécurisés par une connexion HTTPS. Une nouveauté majeure donc, qui ouvre le navigateur à un public plus large et fera sûrement franchir le pas à ceux qui attendaient l'arrivée d'extensions pour adopter définitivement Opera comme navigateur par défaut.

Du côté de l'interface, l'équipe d'Opera Software innove encore avec l'arrivée d'une évolution dans la gestion des onglets. Il est désormais possible de superposer plusieurs onglets par simples glissés déposés. On pourra les séparer et rassembler en double cliquant dessus, mais aussi afficher des aperçus rapides de chaque onglet en survolant ce nouvel élément avec le curseur souris. L'objectif est bien sûr de faciliter nativement la gestion de nombreux onglets ouverts, mais aussi gagner de l'espace à l'écran, ce qui intéressera sûrement les possesseurs de « Netbooks ».

Pour le reste, le gestionnaire intégré de courriels profite au passage de quelques améliorations. Outre la correction traditionnelle de bogues du passé, le démarrage du client est plus rapide et les barres de défilement ont été remaniées. La gestion des filtres et les requêtes sauvegardées sont désormais réunies au sein d'une section nommée "Labels". Les champs de recherches ont été quant à eux simplifiés et permettront de créer une règle de tri à partir d'une simple requête. Enfin, on notera une prise en charge toujours plus poussée des standards du web, l'optimisation du moteur JavaScript ainsi que la mise en avant des fonctions Turbo et de raccourcis souris.
C'était annoncé et couru d'avance, et bien c'est désormais validé et officiel : la TVA sur le Triple Play passera à 19,6 %. La mesure figurant dans le projet de Loi de Finances 2011 vient finalement d'être votée par le Parlement, après un passage en Commission Paritaire Mixte en début de semaine (NDLR : c'est une petite assemblée chargée de trouver des compromis quand il y a gros désaccord entre l'Assemblée Nationale et le Sénat, qui forment le Parlement).La taxation, qui était alors de 19,6 % sur la moitié de l'offre et 5,5 % sur l'autre moitié, va ainsi passer à 19,6 % sur l'ensemble du montant hors taxe. Sont visées toutes les offres qui englobent du contenu télé. En théorie, sur un montant TTC arrondi à 30 € par mois, un rapide calcul nous amène à déterminer la valeur hors taxe à 26,64 € (13,32 € HT par moitié).

Une fois le passage de la TVA à 19,6 %, le prix de l'abonnement devrait donc grimper à 31,86 € (un peu moins pour un abonnement à 29,90 €...), soit 1,86 € d'augmentation. Mais dans la pratique, les calculs risquent d'être un peu biaisés...Orange, le seul FAI à être déjà monté au créneaux, a annoncé une répercussion de TVA de 3 € maximum à compter du 1er février 2011. Son offre de base à 34,90 € passera par exemple à 37 €/mois. La pratique rejoint la théorie, puisque 19,6 % appliqués sur les 31 € HT d'abonnement font bien 37 €/mois. Chez SFR la communication avoue clairement que la hausse de TVA sera répercutée, en totalité ou en partie. Mais la décision n'a pas encore été arrêtée. Idem chez Free : tous les abonnements concernés (Triple Play avec télé) vont subir la répercussion de la hausse de TVA, mais on ne sait pas encore dans quelle mesure. Du côté de Numericable, on ne sait pas...

Ce qu'il y a de sûr, c'est qu'avec les nouveaux forfaits gonflés qui accompagnent les nouvelles box, Neufbox Evolution à 34,90 €/mois et Freebox Revolution à 35,98 €/mois, la potentielle répercussion de TVA sera encore plus lourde.

Formulons maintenant cette petite question hypothétique. Avec le forfait Free à 35,98 €, une répercussion complète de l'augmentation de la TVA nous amènerait à 38,22 €/mois TTC : le FAI va-t-il proposer le prix psychologique de 39,99 €/mois ?
Toujours pas d'introduction en Bourse en vue pour Twitter, qui vient de lever 200 nouveaux millions de dollars, dans un tour de table mené par le fonds Kleiner Perkins Caufield & Byers, très connu dans la Silicon Valley.

Kleiner Perkins croit donc en Twitter, vue la taille de l'investissement. De 1 milliard de dollars il y a 15 mois, lors d'un précédent tour de table, Twitter est maintenant valorisé à 3,7 milliards de dollars. Un chiffre dont la pertinence est critiquée, vu que le service n'a toujours pas trouvé l'équilibre, mais la voix de Kleiner Perkins n'est pas négligeable. Rappelons que c'est l'un des fonds qui avaient parié sur Google, ou encore Amazon.

Et le pari de Kleiner Perkins repose sans doute sur cette monétisation possible. Hier, Twitter a fait un nouveau pas dans la construction d'un business model viable, en dévoilant un formulaire d'achat de publicité sur son service de micro-blogging. Ce n'est pour l'heure qu'un formulaire de contact, mais si la création de campagnes publicitaires, cela pourrait ressembler fortement à un AdWords. Et connaître le même succès ?

En tous cas, c'est ce qu'espère Twitter, qui repousse d'autant plus une éventuelle introduction en Bourse. Pour Dick Costolo, le nouveau PDG de Twitter, la nouvelle levée de fonds doit pousser le service « vers l'infini et l'au-delà. » Il n'est cependant pas exclu que cette ascension se solde par un rachat.
Ebay vient d'annoncer le rachat d'un éditeur d'applications mobiles, Critical Path Software. Les deux entreprises se connaissent déjà bien, puisque c'est Critical Path qui a eu la charge de développer pendant plus de deux ans la version iPhone de l'application eBay.

C'est la seconde acquisition du mois pour eBay, qui s'est offert le 2 décembre dernier Milo, afin de développer son réseau physique aux Etats-Unis. Avec Critical Path, c'est donc sur le segment mobile qu'eBay se renforce. Selon le site de e-commerce, son application pour iPhone a été téléchargée 14 millions de fois, ce qui en fait un outil incontournable dans la stratégie du groupe.

EBay aurait réalisé 600 millions de dollars de ventes sur des appareils nomades en 2009. Un chiffre qu'il estime monter à 1,5 milliard de dollars pour 2010. Un besoin en solutions mobiles qui a donc poussé eBay à internaliser la création de ses applications. Les équipes de Critical Path seront intégrées au groupe, mais aucune autre condition de rachat n'a filtré, que ce soit sur la procédure ou sur le prix proposé.
le 15/12/2010 à 00:00
Fork ou pas fork
Depuis quelques mois l'open source a été au devant de l'actualité avec de nombreux rebondissements, de séparations, rapprochements, etc...

Trois secteurs ont été plus impactés par rapport aux autres. Il s'agit des bases de données, de la bureautique et des environnements linux.

Le magazine Programmez de décembre 2010 (disponible en librairie), consacre un dossier « enquête » et surtout dresse une situation autour de ces projets par rapport aux forks. Le dossier parle des sujets suivants :
- MySQL menacé par MariaDB et SkySQL
- Les challenges de Mandriva
- LibreOffice veut-il la mort d'OpenOffice ?

Bien sur, l'AFUL (Association Francophone des Utilisateurs de logiciels libres) rentre plus en détails dans la définition du FORK vous permettant de mieux appréhender ce sujet.

- So;;qire ;qgqwine Programmez 136
Il sera bientôt aussi simple d'acheter de l'espace publicitaire sur Twitter que sur Google AdWords. C'est en tous cas ce qu'a tenté de faire comprendre Twitter en dévoilant une nouvelle version de sa page web dédiée aux annonceurs. Dans le futur, un simple formulaire devrait permettre d'acheter un compte promotionnel, des messages mis en avant, ou une place dans les tendances.

Disponible sur la nouvelle page Start Advertising, le formulaire permet de prévoir des campagnes publicitaires immédiates ou programmées dans le futur. Cinq catégories de prix sont proposées, de 10 000 dollars à 100 000 dollars mensuels.

Pour l'heure, la page dédiée ne sert que de formulaire de contact. Dans le futur, elle devrait devenir une solution de souscription en self-service aux outils publicitaires de Twitter. Mais Twitter ne semble pas vouloir aller trop vite non plus, de peur peut-être de faire un faux pas qui donnerait raison à ceux qui craignent la montée du spam sur son service de micro-blogging.

Le nouveau site dédié aux entreprises ne serait ainsi qu'un premier pas, avec une volonté clairement didactique. On retrouve par exemple des catégories aussi étonnantes que « Qu'est-ce que Twitter ? », des « Pratiques d'Excellence », ou un glossaire... Preuve peut-être que tous les services publicité du monde ne sont peut-être pas au courant de la révolution Twitter ou de la façon de s'en servir. En attendant, pour Twitter, c'est un nouveau pas vers un modèle publicitaire qui se fait attendre.
Mark Zuckerberg a été nommé "personnalité de l'année 2010" par le magazine Time. Pour "avoir connecté plus d'un demi milliard de personnes et tissé leurs relations, pour avoir créé une nouvelle manière d'échanger de l'information, et pour avoir changé la manière dont nous vivons tous nos vies," l'influent hebdomadaire américain a désigné le fondateur de Facebook.

Décrit par le directeur de la rédaction Richard Stengel comme un "chef d'État en t-shirt", puisque le réseau social représente près d'un dixième de la planète, il est à 26 ans le second plus jeune "homme de l'année", derrière l'aviateur américain Charles Lindbergh, qui avait 25 ans quand il a été nommé en 1927.Julian Assange plébiscité par les internautes

Les lecteurs du site Internet du magazine avaient pourtant plébiscité Julian Assange. Le fondateur présumé du controversé WikiLeaks a récolté 382 020 du total des 1,25 million de votes, loin devant les 148 383 votes du second, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan. Mark Zuckerberg n'est quant à lui qu'à la dixième place du classement des lecteurs.La sphère Internet à l'honneur

Qu'on croie ou non à la théorie du complot, à des pressions politiques ou à un choix légitime du Time, il est quoi qu'il en soit intéressant de noter que les personnalités de l'année sont toutes deux issues de la sphère Internet. Bien que leurs projets soient très différents, ils incarnent chacun à leur façon les nouveaux rapports qu'ont les internautes à l'information, tant en tant que consommateurs qu'en tant que contributeurs.
Après les PC, les Mac et les smartphones Android, le service mSpot vient de dévoiler la version iPhone de son application. mSpot permet donc désormais de lire sur iPhone la musique stockée sur son espace de stockage en ligne.

En clair, il suffit de télécharger le client de bureau - et de s'inscrire gratuitement au passage - pour disposer d'un espace de 2 Go de données en ligne. Le client permet d'uploader sa musique, et de l'écouter ensuite en streaming sur n'importe quel appareil disposant de l'application.

La musique est donc partagée entre les différents ordinateurs et appareils mobiles de l'utilisateur, avec une bibliothèque qui reste synchronisée en permanence. L'intérêt est évident : mSpot permet de se créer un équivalent de Deezer qui reste privé et toujours à jour. La musique peut ensuite être lue en streaming, par le biais d'une connexion WiFi ou 3G. Les pistes peuvent également être mises en cache pour éviter les désagréments liés à la perte de réseau.

Seul point noir, l'espace de stockage relativement limité. Cela s'explique par le modèle freemium choisi par mSpot : si vous souhaitez obtenir plus d'espace, il faudra souscrire à une option à 3,99 dollars par mois, qui donne accès à 40 Go de disque.
Il fallait suivre de près les débats à l'Assemblée nationale pour connaître l'issue du feuilleton portant sur la taxation de la publicité en ligne. Suite à de fortes critiques, le ministre du budget a expliqué lors des débats que la taxe serait reportée.Pour rappel, la taxe de 1 % sur l'achat de publicité en ligne également appelée taxe Marini ou taxe Google, vise les entreprises qui échappent à la fiscalité française. Les cas de Google, Apple, eBay et Amazon sont évoqués comme étant des exemples de firmes installés au Luxembourg ou en Irlande et qui profitent ainsi de la fiscalité avantageuse de ces Etats.

Lors d'une seconde réunion en commission mixte paritaire, François Baroin a déposé un amendement qui vise à : « l'application au 1er juillet de la taxe appelée Google afin de définir les modalités de l'instruction fiscale ». Conclusion, l'application de la taxe est reportée de six mois. Elle devrait donc entrer en application au 1er juillet 2011… Un délai supplémentaire que s'accorde le gouvernement afin de mieux consulter les professionnels du secteur. Quant au vote de l'amendement déposé par le ministre, il ne devrait être qu'une formalité.

L'impact de la mesure était pourtant estimé entre 10 et 20 millions d'euros annuels. Mais 67 chefs d'entreprises de la « Neteconomie » ont dénoncé la taxe. Ils considéraient qu'elle « fauchait les petits Français » au lieu « des géants américains ».Mise à jour: Cet amendement (n°13) proposé par François Baroin vient d'être adopté après vote. Le ministre souhaite d'ailleurs « faire évoluer les mentalités » sur le sujet.
Comme prévu, l'Arcep a donné des orientations au sujet du déploiement de la fibre optique en dehors des zones considérées comme très denses. Deux décisions ont été adoptées afin de développer le très haut débit. D'un côté, il s'agit d'encourager le co-investissement entre opérateurs. De l'autre, l'objectif est d'octroyer plus rapidement des aides destinées au déploiement.La semaine dernière, l'Arcep avait salué l'accord de co-investissement sur la fibre entre Bouygues et SFR. Il s'agissait alors de « zones très denses » ou ensembles regroupant 146 communes ou communautés urbaines autour des grandes agglomérations françaises. Le régulateur expliquait alors vouloir également définir les règles pour le déploiement en dehors de ces zones très denses.

Dans un =26&cHash=32e1413d12]communiqué l'Arcep explique que : « L'Autorité poursuit activement ses travaux afin de préciser dans les meilleurs délais certaines modalités détaillées de mise en oeuvre des décisions précitées, en particulier les modalités de co-investissement ».

Outre le précédent Bouygues-SFR, cette mesure vise à réduire le poids de l'investissement financier supporté par les opérateurs mais nécessaire au déploiement de la fibre. Ainsi, le président de l'Arcep, Jean-Ludovic Silicani a estimé ce coût à 24 milliards d'euros. La charge pourrait être ainsi répartie sur une base de 50/50 entre privés et l'Etat.

La seconde mesure du régulateur des Télécoms vise à fixer les conditions d'éligibilité au Fonds d'aménagement numérique du territoire (Fant). Par ce biais, les opérateurs vont pouvoir bénéficier d'aides « pour la réalisation d'infrastructures et de réseaux permettant d'offrir du très haut débit ». L'architecture du déploiement se met en place...
LoadingChargement en cours