Microsoft met à jour son moteur Windows Live Search

le 27/09/2007 à 22:48
Microsoft met à jour son moteur Windows Live Search
Alors que les dernières analyses d'audience confirment l'écrasante supériorité de Google dans le domaine de la recherche en ligne, Microsoft annonce ce jeudi le lancement prochain d'une nouvelle version de Windows Live Search, son propre moteur. Lancé dans le courant de la semaine prochaine aux Etats-Unis puis déployé dans le monde entier tout au long du mois d'octobre, ce nouveau moteur intègrera au sein d'une même page de résultats des contenus texte, images ou vidéo.

De nouveaux algorithmes de traitement des requêtes devraient également être mis en place, de façon à améliorer la pertinence des liens retournés par le moteur. Ainsi, une recherche sur un nom de vedette privilégierait des pages contenant des actualités, des photos ou des vidéos, tandis qu'une requête portant sur un produit retournerait de préférence des liens pointant vers des tests, des comparateurs de prix ou des fiches techniques.

Avec 11,3% des recherches effectuées par les internautes américains sur le mois d'août 2007 d'après Comscore, Windows Live Search ne se place qu'en troisième position aux Etats-Unis, derrière Yahoo (23,3%) et Google, qui fédère plus de 56% des requêtes.

"Google a pris de l'avance sur nous, mais nous pensons que cette nouvelle version nous permet de nous rattraper et que nous pouvons maintenant rivaliser avec eux en termes de qualité de recherche" explique Satya Nadella, responsable de la division Recherche et publicité chez Microsoft depuis la création de cette dernière. L'éditeur de Redmond évoque entre autres choses un index multiplié par quatre, une nouvelle application de recherche locale sur mobile ou des capacités d'analyse sémantique de façon à interpréter les questions.

En France, Google reste le leader incontesté de la recherche en ligne, avec 85,8% des recherches effectuées par les internautes sur le mois de juillet 2007.

A lire également

Parce qu'il est parfois frustrant de commenter l'actualité tout en s'astreignant à une certaine réserve, la rédac' vous propose régulièrement des billets d'humeur qui nous permettent d'offrir un regard plus personnel sur l'actualité de l'univers high-tech, au travers d'articles parfaitement subjectifs qui ne reflètent finalement que l'avis de leur auteur. Cette semaine, WWDC oblige, nous nous penchons sur le prochain gros chat d'Apple, Snow Leopard. Avec une question en ligne de mire : les systèmes d'exploitation peuvent-il encore nous faire rêver ? L'occasion, également, de faire « Bing ! »

Hier, le monde entier était suspendu au bouton Actualiser de son navigateur pour mettre fin à l'insoutenable suspense autour de l'iPhone 3.0. Et là, stupéfaction, on apprend qu'Apple développe encore des ordinateurs et un système d'exploitation ! J'exagère bien sur, mais parfois, on serait tenté de croire que la firme de Cupertino ne produit plus que des téléphones portables, tant l'actualité iPhone de ces derniers jours était omniprésente. Que nenni : de nouveaux MacBook, pardon, MacBook Pro flambants neufs, dont la pureté de la ligne rend désormais la batterie inamovible (et le disque dur plus casse tête à remplacer ?) et un Snow Leopard qui pointe enfin le bout de son museau, attendu pour septembre. Et là, on peut voir la chose sous deux angles différents. On peut se la jouer « verre à moitié plein » : Mac OS X 10.6 propose plusieurs améliorations de fond qui devraient rendre le système plus rapide, grâce à une meilleure exploitation des processeurs multi coeurs et du 64 bits, ou la prise en charge d'Open CL. Le tout est facturé 29 dollars, ce qui n'est franchement pas cher pour une mise à jour de système d'exploitation, sachant que rien n'indiquait que l'on n'allait pas payer cette nouvelle mouture « plein pot ». Mais vous commencez à me connaître, j'aime bien gratter et regarder le verre à moitié vide. Juste comme ça... 29 euros, quand même, pour un service pack, c'est cher ! STOP ! Ne vous acharnez pas tout de suite sur moi, c'est de la provocation. Admettons que Snow Leopard est plus qu'un service pack... Disons qu'on pourrait le situer quelque part entre une vraie mise à jour majeure forte de « plus de 300 nouvelles fonctionnalités », qui serait facturée 129 euros dans le monde d'Apple et une SE ! Mais pourquoi pas, après tout : après avoir passé près de 10 ans à ajouter des tonnes de fonctionnalités à Mac OS X, Apple décide de se poser et de « raffiner » le système actuel, sans lui apporter de nouvelle fonctionnalité majeure, du moins côté utilisateur. C'est une initiative plutôt louable en soi ! Le problème, c'est que dans le discours véhiculé par Apple hier soir, quand Microsoft fait la même chose avec Windows 7, c'est un geste désespéré pour se sortir d'un bourbier. Ils n'ont plus rien à inventer, donc ils ressortent la même chose maquillée derrière une deuxième couche d'Aero, pour que ça ait l'air neuf. Par contre, quand l'initiative vient d'Apple, c'est uniquement parce que leur système est tellement parfait qu'ils n'avaient qu'à passer un petit coup de chiffon par ci par là pour polir le tout.

La meilleure version de Mac OS X de tous les temps... au monde !

Snow leopard ejection disques
On a beau apprécier les produits Apple pour ce qu'ils sont (novateurs, élégants, performants...), ça met un tout petit peu mal à l'aise de voir la firme de Cupertino se gargariser de slogans tels que « Snow Leopard : raffiné, pas réinventé » ou « Le tout nouveau Finder, exactement pareil ». On pourrait presque prendre ça pour de l'auto dérision, tant ils sont habiles pour tourner absolument n'importe quelle situation à leur avantage avec un discours marketing finement huilé. On croit rêver en lisant la liste des nouvelles fonctionnalités : on apprend ainsi que Snow Leopard éjecte les disques avec plus de fiabilité, qu'il propose de nouvelles polices, qu'il permet d'afficher la date dans la barre de menus, que l'on peut scanner une image à partir d'Aperçu ! Rendez vous compte, c'est absolument incroyable ! On dirait du Windows ! On dirait... tiens, oui, on dirait la liste des nouvelles fonctionnalités de Windows 7 ! Ces avancées majeures qui excitent tous les développeurs de la planète : les jumplists, la nouvelle barre des tâches, le bouton Arrêter qui arrête vraiment l'ordinateur au lieu de le confronter à une série de 25 options, le « passage furtif sur le bureau »... Mais qu'est ce qui se passe ? Vous l'avez perdue où votre imagination ? On le sait qu'Apple a encore de bonnes idées, qu'ils peuvent encore décrocher la machoire de tout un auditoire comme ils l'ont fait en présentant le premier iPhone, qu'ils peuvent nous faire acheter un iPhone 3G un an après, voire même un 3G S (non, quand même pas !)... Mais Mac OS X, là, on ne sait plus trop, on a l'impression qu'on est arrivé en bout de course et que tout ce qu'on a à nous proposer, ce sont des améliorations internes et quelques petits changements d'interface, certes très sympathiques, mais pas vraiment de quoi passionner les foules. On va leur laisser le bénéfice du doute et se dire que ça sera pour la version 10.7. Pour l'heure, ça ne semble pas les inquiéter tant ils sont sûrs de leur avance. Ainsi, Snow Leopard est « le système d'exploitation le plus avancé au monde », le nouvel iPhone 3G S est « l'iPhone le plus rapide et le plus puissant de tous les temps », Safari est « le navigateur le plus rapide au monde », même leur nouvelle gamme d'ordinateurs portable est « la plus verte au monde ». Bref, tout va bien pour eux !

On peut évidemment reprocher la même chose à Microsoft : pour avoir essayé la RC de Windows 7, c'est certes un système stable, qui bénéficie d'une meilleure finition, avec quelques nouveautés plus que sympathiques, mais au delà de quelques fonctionnalités, on ne va franchement pas dire que l'on va se jeter sur les jolies boites vertes, bleues et noires (pour les plus fortunés) le 22 octobre en ayant le sentiment d'avoir entre les mains le summum absolu de l'innovation technologique. D'ailleurs, si les rumeurs autour des prix de mise à jour de Windows 7 se confirment (49 dollars pour la version Home Premium), c'est à croire que Microsoft, comme Apple, semblent résignés à proposer la mise à jour à prix plancher, craignant que l'enthousiasme soit beaucoup trop bas pour justifier un investissement supérieur...

It's time to Bing

Heureusement, Microsoft ose encore innover et concurrencer les géants sur d'autres fronts : on l'a vu à l'E3 avec le prometteur Project Natal qui part en guerre contre la domination de la Wii sur le « casual gaming », et les voilà qui s'attaquent à Google avec leur nouveau moteur de recherche Bing. L'initiative est osée, et ça n'est pas la première fois que le géant de Redmond s'attaque à la recherche : on se souvient que Live Search promettait déjà de déboulonner sévère du côté de Mountain View et... rien. Là on se pose des questions. Oui, l'interface est plutôt chouette, oui l'organisation des résultats de recherche est assez agréable, oui on en a marre de Google et on aimerait bien, comme pour l'iPod, qu'un concurrent fort les secoue vraiment, mais au vu des premiers tests que l'on a pu faire sur Bing, on se rend compte que les résultats de recherche n'ont pas l'air beaucoup plus pertinents que ceux de son prédecesseur Live Search. Les chiffres semblent nous donner raison : il semble que passé l'attrait de la nouveauté qui a provoqué un pic lors des premiers jours, le public soit collectivement retourné à ses « googlisations ». Il faudra sans doute s'y pencher de plus près. En attendant, un petit détail pourrait en inquiéter certains : lors de sa brève heure de gloire, le moteur de recherche de Microsoft a tout de même dépassé Yahoo ! Et Bing !

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours