Affaire Google Buzz : $8,5 millions pour les plaignants

le 06/09/2010 à 22:15
Affaire Google Buzz : $8,5 millions pour les plaignants
Lorsque le service Google Buzz fut dévoilé en février 2010, beaucoup perçurent ce dernier comme un vrai concurrent à Facebook. Pourtant, quelque six mois plus tard, le réseau communautaire ne semble pas avoir pris de réelle ampleur. Il faut dire que les débuts de Buzz furent plutôt houleux puisque Google fut accusé de violer la vie privée des internautes.

Eva Hibnick, une résidente de Floride, avait en effet déposé une plainte via les cabinets d'avocats William Audet of Audet & Partners LLP. Cette dernière pointait du doigt un outil capable de générer une liste d'amis pour l'utilisateur de Buzz. Ces contacts étaient pré-sélectionnés en fonction de leur fréquence de communication par courriers électroniques. Seul hic, un contact avait la possibilité de voir l'intégralité des amis d'une personne ainsi que leurs adresses email respectives. Parallèlement d'autres utilisateurs critiquèrent l'activation du partage sur les services Picasa et Google Reader.

C'est ainsi qu'un recours collectif avait été monté en invitant l'ensemble des utilisateurs de Gmail. Ce weekend Google a accepté de verser 2500 dollars a chacun des plaignants ayant rejoint cette affaire, ce qui monte la facture à 8.5 millions de dollars. L'avocat des plaignants récoltera pour sa part 2 millions de dollars.

A lire également

Une cour fédérale américaine vient d'autoriser l'accord auquel Google est parvenu avec le groupe d'utilisateurs de son service Google Buzz, intégré à la messagerie en ligne Gmail. Le géant s'est même fendu d'un email à ses clients américains pour les en informer.

Au final, il faut surtout retenir que Google a obtenu l'accord du tribunal pour le reversement d'indemnités aux plaignants, et le paiement d'une dîme de 8,5 millions de dollars. Sept utilisateurs de Google Buzz avaient tenté un procès à cause de ce service, qui ajoutait automatiquement les utilisateurs de Gmail au nouveau réseau social.

La plainte, déposée sous la forme d'une class-action, va donc obliger Google à débourser 8,5 millions de dollars. Chacun des sept plaignants se verra gratifier de 4 000 dollars américains pour leur aide apportée à la justice - dont 25% qui seront ponctionnés par les avocats. Le reste du pactole ira à un fonds de soutien à un groupe d'associations militant pour la vie privée en ligne.

Si l'affaire est relativement banale sur le fond - mis à part qu'elle touche un service d'un géant du web, mais d'autres entreprises comme Facebook sont relativement familières de ce genre d'anicroches - c'est sur la forme qu'on peut s'attarder. En effet, il est extrêmement rare que Google contacte directement un pan entier de ses utilisateurs via leur boîte email.

Et pour les utilisateurs de Gmail, la principale phrase à retenir est la suivante : « Soyons clairs, il ne s'agit pas d'un accord qui permette aux gens qui utilisent Gmail de demander une compensation. » En clair, les utilisateurs ne toucheront rien.
Le site Internet justia.com a récemment publié une plainte déposée en recours collectif à l'encontre de Google. Au centre de cette affaire, c'est la barre d'outils mise à diposition pour les navigateurs Internet Explorer et Firefox qui est incriminée. En effet, cette dernière continuait à enregistrer l'historique de navigation même lorsque la fonctionnalité avait été manuellement désactivée par l'utilisateur.

Si le problème a été réglé en début d'année, les plaignants estiment également que Google n'est pas assez précis dans sa politique en matière de vie privée en invitant les internautes à activer les fonctionnalités avancées. Ainsi les termes "sites Internet » et « URL » ne seraient pas précisément décrits. Alors que le premier peut être défini par un simple nom de domaine, l'URL peut de son côté contenir des informations sensibles comme les mots-clés d'une requête ou l'identifiant d'un cookie.

Rappelons que la dernière plainte collective contre Google concernait le service Buzz au sein de Gmail et mettait également en avant une faille dans la gestion de la vie privée. Google avait dû débourser 8,5 millions de dollars.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours