Google en légère baisse aux Etats-Unis

le 19/08/2010 à 20:35
Google en légère baisse aux Etats-Unis
L'institut de mesure d'audience ComScore vient, une nouvelle fois, de livrer ses constatations sur le secteur de la recherche sur Internet. Bien que Google soit toujours largement en tête sur le territoire des Etats-Unis, une lente érosion semble être à l'oeuvre.

Google aurait donc perdu 1 point par rapport au mois de juin pour situer sa part de marché autour de 61,6 % des requêtes. Le concurrent le plus proche, Yahoo!, plafonne à 20,1 %, Bing à 12,6 %. La domination de Moutain View reste donc encore bien présente.

Le marché reste donc globalement stable aux Etats-Unis, l'institut Comscore en a profité pour confronter ses méthodes d'analyse estimant que Bing et Yahoo bénéficiaient d'une hausse de leur audience du fait des recherches contextuelles. Après une mise à jour des méthodes, les résultats sont similaires, ils confirment la bonne santé de Google malgré une tendance à la baisse.

Pour autant, hors de ses frontières, Google reste largement devant les autres moteurs. Mais à domicile, la firme pourrait avoir atteint son rythme de croisière en matière de requêtes.

A lire également

Sur un marché américain des moteurs de recherche web grand public très dynamique, Google confirme sa domination. D'après comsCore, 58,5% des 10,5 milliards de recherches web effectuées par les internautes aux Etats-Unis en octobre 2007 ont transité par Google, contre 57% en septembre.

Outre-Atlantique, les plus sérieux concurrents de Google, tous étatsuniens, ont perdu quelques plumes : Yahoo arrive en seconde position avec une part de 22,9%, en légère baisse par rapport à septembre. Microsoft, Live search, passe sous les 10% (9,7% en octobre). Enfin, Ask.com, qui en France reste inconnu du grand public, maintient ses 4,7% de part de marché, devant l'outil de recherche d'AOL (4,2%).

En France, les concurrents de Google sont laminés. En juillet 2007, toujours selon comScore, sur les 2,4 milliards de requêtes effectuées dans le pays, Google dominait avec une part de marché record de 85% ! Loin devant Yahoo (3,8%) et Live Search (3,4%).
Google plie ne mais rompt pas. Habitué à des croissances record, le numéro un mondial des moteurs de recherche enregistre pour la première fois de son histoire une légère baisse de son chiffre d'affaires, qui s'établit à 5,51 milliards de dollars pour le premier trimestre 2009, soit un recul de 3% par rapport au quatrième trimestre 2008. Sur un an, les recettes de Google progressent toutefois de 6%. En revanche, le groupe enregistre un bénéfice supérieur aux attentes, en hausse de 9% sur un an, à 1,42 milliards de dollars.

"Aucune société n'est à l'abri de la récession", a commenté Eric Schmidt, directeur général de Google, lors d'une conférence téléphonique donnée aux investisseurs. "Google en ressent effectivement l'impact. Les utilisateurs cherchent toujours, mais ils achètent moins".

Selon ComScore, Google est aujourd'hui crédité de 63,7% des parts du marché de la recherche aux Etats-Unis, loin devant ses concurrents Yahoo ou Microsoft. Chaque mois, le moteur enregistrerait sept milliards de requêtes outre-Atlantique.

Les sites du groupe Google, pages de son moteur de recherche ou services en ligne tels que YouTube ou Gmail, sont à l'origine des deux tiers des revenus publicitaires enregistrés sur le trimestre par la firme de Mountain View, et représentent une hausse de 9% sur un an. Une progression logique, dans la mesure où Google a étendu ses surfaces publicitaires à des services qui jusqu'ici en étaient exempts, comme Google News. Le tiers restant provient des sites membres du programme AdSense, en baisse de 3% sur un an.

Les dirigeants de Google ont rappelé que la période à venir, soit le deuxième trimestre de l'année, était une période traditionnellement "faible" sur le plan des revenus publicitaires. Quoi qu'il en soit, le moteur semble ne pas voir se dessiner une reprise immédiate. Conséquence de cette frilosité : les primes 2009 versées ont été revues à la baisse. Google a par ailleurs cessé d'étendre sa masse salariale, estimée à 20.164 employés à la fin du premier trimestre.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours