La carte musique-jeune attendra la rentrée

le 19/05/2010 à 19:54
La carte musique-jeune attendra la rentrée
Pas encore sortie, elle pourrait déjà être enterrée. Le président de la République aurait pris la décision de reporter le lancement de l'opération Carte musique-jeunes à la rentrée prochaine. Initiée à l'issue de la Commission Zelnik (hypothétique Hadopi 3) et bien qu'ayant les faveurs du ministère de la Culture, la carte sortira bien après la fête de la musique. Si elle sort un jour…

Un pavé vient, semble-t-il, d'être jeté. Selon ElectronLibre, la sortie de la carte musique dédiée aux jeunes serait repoussée à la rentrée 2010. Censée mettre un coup d'arrêt au téléchargement illégal, elle propose aux 18-24 ans pour 50 euros de télécharger légalement pendant un an. Financée à 50 % par l'Etat, le reste aurait incombé aux FAI. Pour autant, du côté de l'Elysée même si les mots sont pesés, l'ambiance n'est pas à la dépense mais plutôt à la rigueur.

Côté FAI, la question de l'extension de l'assiette de TVA à 19,6 % dans les offres Triple-play n'a toujours pas été réglée. L'Union européenne avait alors sévèrement critiqué la France à propos du système des taux de TVA différenciés appliqués aux fournisseurs Internet. Vu que le projet est désormais au point mort, la carte musique ne progressera plus d'un fifrelin…

De même, l'accueil réservé à cette carte par les « jeunes » a été des plus frais. Outre les commentaires sur Clubic, sur Waka la nouvelle plate-forme du gouvernement dédiée aux jeunes, les commentaires sont plutôt rudes. La plupart sont clairement contre le projet du gouvernement, particulièrement sur le prix de 50 euros proposé.

Entre mise au point poussive et critiques répétées, ce report de la carte Musique-jeune, censée être l'alternative légale à l'Hadopi ressemble à un demi-enterrement.

A lire également

Un peu à l'image de l'Hadopi, la carte Musique-jeunes est encore repoussée. Si la loi vient d'être mise en route, la carte, censée représenter le pendant légal de l'offre de musique sur Internet, traîne encore. Après la décision de repousser à la rentrée le lancement de cette carte, il semble que tout se fera au mois d'octobre. A priori.

Issue de la mission Zelnik, la Carte musique-jeunes devait être la réponse légale au processus de sanction d'Hadopi. Sur le principe, les personnes âgées de 12 à 25 ans pourraient ainsi acheter pour 25 euros une carte permettant de télécharger pour une valeur de 50 euros.

Pour autant, la question du financement a toujours été un problème. D'un côté, le gouvernement a convenu de subventionner la mesure à hauteur de 25 millions d'euros par an sur une période de 3 ans. L'autre moitié du financement devrait être prise en compte par les FAI.

De même, rien ne bougera tant que l'Union européenne continuera de critiquer la France à propos du système des taux de TVA différenciés appliqués aux fournisseurs Internet. Bref, l'imbroglio politico-technique est loin d'être terminé tant que le trio Etat-Europe-FAI ne sera pas tombé d'accord.

Cet état de fait, à une semaine des vacances du gouvernement (le 3 aout) a donc poussé le ministère de la Culture a dire au blog Tic et Net qu'« il reste encore quelques ajustements à faire. Nous attendons le retour de la Commission européenne, mais nous sommes très sereins pour un lancement en octobre ».

Malgré ce nouveau retard, le gouvernement devra s'atteler rapidement à la mise en place de la carte puisque l'Hadopi est déjà en route. A défaut, l'opinion publique pourrait vivement critiquer la mise en place de sanctions sans de nouvelles offres légales en contrepartie.
Alors qu'on la disait enterrée, une pirouette de communication vient remettre la carte musique jeunes sur le devant de la scène. Prévue pour le 21 juin, la sortie de la carte avait été reportée à la rentrée 2010. Pour autant, le quotidien La Tribune informe qu'elle sera bien présentée le 21 juin mais mise en place à la rentrée…

Après une réunion d'arbitrage à l'Elysée, le gouvernement a convenu de subventionner la mesure à hauteur de 25 millions d'euros par an sur une période de 3 ans. L'autre moitié du financement sera pris en compte par les FAI. Voilà pour le principe. La réalité pourrait bien être toute autre puisque si l'Etat compte mettre la main à la poche, la question concernant les FAI est loin d'être réglée. Pour cause, la question de l'extension de l'assiette de TVA à 19,6 % dans les offres Triple-play est au point mort. L'Union européenne a déjà sévèrement critiqué la France à propos du système des taux de TVA différenciés appliqués aux fournisseurs Internet.

A défaut de financement complet, on peut douter de la future mise en place de la carte. Pour autant, si elle existe, elle devrait permettre d'éditer 1 million de cartes d'une valeur de 50 euros. Elle sera mise en place sous la forme d'un portail Internet où un internaute obtiendra des codes pour acheter des tickets de 5, 10, jusqu'à 50 euros de musique sur les plateformes partenaires.

De même, chaque partenaire ne pourra toucher qu'une partie de cette manne. L'Etat limite à 5 millions d'euros la subvention reçue par une même plateforme. Une mesure mise en place afin d'éviter que des géants du téléchargement légal comme Apple ne s'accaparent l'essentiel des subventions. En effet, malgré de très bons résultats de la vente de musique sur iTunes, la firme à la pomme ne déclare aucun revenu sur le territoire français…

Enfin, si la problématique du paiement de la carte en est toujours au point mort, c'est également parce que les ayants droit n'ont pas souhaité mettre la main à la patte. Proposé dans le cadre de la mission Zelnik (Hadopi 3), cette idée à été mise de côté. S'il souhaite lancer sa carte, l'Etat sera donc seul sur le coup…

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours