Rapport autour de PHP

le 05/01/2010 à 23:09
Rapport autour de PHP
La société Gartner a rédigée fin 2009 un rapport d'étude autour du langage PHP et un résumé a été traduit en français par le site industrialisation PHP.

Ce rapport se porte sur le passé, le présent et l'avenir pour faire ressortir quelques points importants :

A court terme, le langage PHP reste la technologie la plus déployée

A moyen terme (en 2013), le nombre de développeurs PHP est estimé à 5 millions

Sur le long terme, le langage PHP va rencontrer une concurrence plus importante venant des autres technologies.

Le rapport donne quelques conseils pour bien démarrer autour de PHP... Donc à lire.

- Gartner rédige un rapport sur PHP
- Rapport complet Gartner

A lire également

Le site 'sitepoint' a publié un hit parade des erreurs les plus courantes autour de la base de données MySQL pour les développeurs. L'article a associé la base de données avec le langage PHP, mais ces erreurs peuvent aussi être appliquer aux autres langages.

L'article propose les 10 erreurs les plus courantes et classés par rapport à leur importance, comme :
- Utilisation de MyISAM par rapport à InnoDB
- Ne pas utiliser les fonctions MySQL du langage PHP
- Ne pas se protéger des erreurs d'injections
- Ne pas utiliser tout le temps UTF-8
- Privilégier le langage PHP sur SQL
- Mauvaises optimisation des requêtes
- Utilisation dans les requêtes SELECT *
- Problème d'indexation
- Oublier le backup

Bien sur, l'article détaille ces quelques points importants à prendre en compte, mais pour eux ceux sont les principaux.

- Top 10 MySQL Mistakes Made By PHP Developers
Après la remise du rapport sur la neutralité des réseaux par le gouvernement et le secrétariat d'Etat à l'Economie numérique, les critiques ont été abondantes. Accusée de mettre un terme à la neutralité du Net, la consultation initiée par Nathalie Kosciuzko-Morizet a de nombreux adversaires.

Outre les critiques des ténors du numérique, la classe politique réagit également avec une proposition de loi émanant de Christian Paul, député socialiste de la Nièvre. Entaille de plus sur un texte qui devra obligatoirement être remanié par l'Europe (L'Union européenne a lancé également sa consultation sur le sujet) ou manoeuvre politique ? Explications.

Sur son blog, le député Paul donne la teneur du projet de loi qu'il compte défendre. Il explique : « L'émergence de puissantes dynamiques, pas nécessairement commerciales, comme celle qui soutient l'ascension du logiciel libre est irréversible. La plupart des principaux acteurs commerciaux ou non de l'Internet d'aujourd'hui n'existaient pas il y a dix ans. Aujourd'hui, certains de ces acteurs sont tentés, par recherche d'un profit à court terme, de porter atteinte au caractère ouvert et égalitaire de l'Internet de porter atteinte à sa neutralité, notamment en privilégiant tel ou tel type de communication ou certains contenus. »

Le député Christian Paul en profite pour rappeler la décision du Conseil constitutionnel suite aux débats autour de la première version de la loi Hadopi. Il rappelle que : « L'accès au net est désormais reconnu comme l'une des conditions d'exercice des libertés essentielles d'expression, d'information et de communication », une garantie qu'aucune loi française régulière ne peut contredire.

Du coup, le projet de loi s'articule autour de trois articles, présenté également sur le site Numerama. Tout d'abord, l'article premier énonce que « Le principe de neutralité doit être respecté par toute action ou décision ayant un impact sur l'organisation, la mise à disposition, l'usage commercial ou privé des réseaux numériques. Ce principe s'entend comme l'interdiction de discriminations liées aux contenus, aux tarifications, aux émetteurs ou aux destinataires des échanges numériques de données ». Voilà pour le principe.

L'exception peut alors être décidée par une « autorité judiciaire indépendante ». Enfin, concernant les FAI et opérateurs Telecoms, ils devraient : « mettre gratuitement à la disposition du public, en un standard ouvert, les modalités techniques d'interconnexion de leur réseau de communication électronique. Les modalités techniques d'interconnexion incluent notamment les débits, priorités et tout autres élément de nature à affecter les transmissions de données réalisées via cette interconnexion ». Tout contrevenant sera alors soumis à une amende de 100.000 euros.

Si cette vision n'est qu'un projet de loi de l'opposition politique, elle témoigne que la consultation du gouvernement dévoile une vision de la neutralité loin d'être partagée par tous.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours