Firefox 3.5 passe devant Internet Explorer 7

le 22/12/2009 à 22:51
Firefox 3.5 passe devant Internet Explorer 7
D'après les chiffres publiés par StatCounter, la version 3.5 de Firefox aurait été sur la semaine 51 de l'année le navigateur le plus utilisé avec 21,93% des visiteurs détectés, devant Internet Explorer 7.0, à 21,2%. Au global, les différentes versions du navigateur de Microsoft restent largement plus employées que leurs alternatives, avec 55,42% du marché global, mais cette première est significative des bouleversements que connait depuis quelques années l'univers des navigateurs Web. Tout un symbole ?

Élaborées à partir des données collectées sur un panel de quelque trois millions de sites Web, les statistiques de StatCounter placent donc Firefox 3.5 en tête. Arrive ensuite le trio des trois versions les plus usitées d'Internet Explorer : derrière la 7.0 et ses 21,2% suivent la 8.0, à 20,33%, puis la 6.0 à 13,89%. L'écart se creuse ensuite avec Firefox 3.0 (9,01%), Chrome 3.0 (4,86%) et Safari 4.0 (3,03%). La fondation Mozilla totaliserait donc 30,95% du marché.

Sur les six derniers mois (voir courbe ci-dessous), on constate une désaffection certaine des internautes pour Internet Explorer 7.0, au profit notamment de la version 8.0, mais aussi de Firefox ou de Chrome. Une tendance que pourrait bien accentuer les récents accords conclus entre Microsoft et la Commission européenne au sujet de l'intégration par défaut d'Internet Explorer à Windows.

A lire également

Une nouvelle étude des parts de marché des navigateurs Web publiée par le site Xitimonitor pour l'Europe révèle l'engouement continue pour le navigateur Web de la fondation Mozilla.

L'étude en question a été réalisée du lundi 2 au dimanche 8 juillet 2007 sur un périmètre de 95 827 sites Web. Dans cette étude, la part de visites moyenne dans un pays européen est de 23,1% pour Firefox 2 et de 22,6% pour Internet Explorer 7 (sur l'ensemble des visites tous navigateurs confondus). Le navigateur de la fondation de Mozilla est donc enfin passé devant la dernière version du navigateur de Microsoft en Europe.

Pour rappel, lors de la précédente étude (du 5 au 11 mars 2007), c'était Internet Explorer 7 qui menait la danse avec 19% contre 15.6% pour Firefox 2.

Au global (toutes versions d'Internet Explorer confondues), Firefox reste derrière son principal concurrent. Ainsi, on parle d'une part de marché de 27,8% pour le navigateur libre contre 66,5% pour Internet Explorer. Viennent ensuite Opera, Safari et Netscape avec des parts respectives de 3,5%, 1,7% et 0,3%. Internet Explorer continue toutefois de perdre du terrain. Rappelons que sa part était de 73,3% il y a un an.
Chacun prendra l'information à sa guise : soit Internet Explorer vient de passer sous la barre des 60% de parts de marché dans le monde, soit 60% des internautes sur Terre utilisent encore Internet Explorer, qui tient donc toujours la dragée haute à une concurrence accrue.

Quoi qu'il en soit, Net Applications vient de sortir ses derniers chiffres sur les parts de marché mondiales des navigateurs. Où l'on apprend que le butineur de Microsoft est à 59,95%. Un chiffre en baisse, donc, puisqu'en mars il était à 60,65%, et qu'un an auparavant, en avril 2009, il était encore utilisé par 67,77% des internautes. Cela représente une chute de 10 points en 15 mois, Internet Explorer étant passé sous la barre des 70% en janvier 2009.

Sans présomption d'expliquer la tendance, il faut tout de même noter les performances des différentes versions d'Internet Explorer : si la version 8 a connu une rapide hausse, passant à 24,66% et dépassant largement Internet Explorer 7 et ses 12,50%, la version 6 du navigateur enregistre encore 17,58% des parts de marché. Dans cette configuration, la version 3.6 de Firefox arrive derrière Internet Explorer 8 et 6, mais devant la version 7. Tous les grands concurrents de Microsoft ont des taux de mise à jour bien plus élevés.

A qui profite la baisse d'Internet Explorer ? A peu près tous ses concurrents. Firefox semble avoir repris le chemin d'une hausse modeste après une chute modérée, et frôle les niveaux qu'il connaissait en fin d'année dernière avec 24,59%. Safari, à la quatrième place derrière Google Chrome, poursuit sa croissance : le navigateur a enregistré une hausse modeste de 0,08% sur un mois, mais l'accumulation de ces performances lui a valu un accroissement global de 1,19% en un an, passant de 3,53% en avril 2009 à 4,72% le mois dernier.

Mais c'est à Google Chrome que profite le plus la baisse du navigateur de Microsoft. Avec 0,6% supplémentaire sur un mois, le butineur de Google gagne près de 5 points en un an, passant de 1,79% à 6,73%. Aucune conclusion à en tirer sur le long terme, tant Chrome est encore jeune. Le navigateur a d'ailleurs bénéficié en décembre 2009 de l'arrivée des versions Linux et Mac, qui n'a pas bousculé sa croissance.

Côté Opera, rien de nouveau : le navigateur stagne depuis novembre 2009 entre 2,30% et 2,40%. Il obtient pour le mois d'avril 2010 2,30% de parts de marché dans le monde. Soit une hausse de 0,26% en un an. Ce chiffre mitigé est cependant nuancé par la vigueur de la version Mini du navigateur, qui passe à 0,79% au mois d'avril, alors qu'il atteignait 0,25% de parts de marché jusqu'à juin 2009. Il faudra surveiller ce chiffre pour voir si les récentes annonces autour d'Opera sur iPhone, dans les marchés émergents ou des acquisitions réalisées impacteront la place du navigateur sur mobile, secteur qui semble de plus en plus stratégique pour l'éditeur.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours