Nouveaux paramètres de confidentialité sur Facebook

le 10/12/2009 à 21:53
Nouveaux paramètres de confidentialité sur Facebook
Depuis mercredi, les internautes qui se connectent à leur compte Facebook sont invités à mettre à jour les options de confidentialité de leur profil. Un bandeau, affiché en haut de page, présente un message expliquant que de nouvelles options sont disponibles et conduit vers une page permettant d'en configurer en quelques clics les paramètres.La mise en place de ces nouvelles options, annoncée il y a quelques semaines, intervient alors que le réseau social vient d'annoncer que les contenus publics de ses pages pourraient être indexés par les moteurs de recherche. Il assure que l'utilisateur a toujours la possibilité de protéger son profil des robots de Google et consorts s'il le désire. Paradoxe d'un réseau qui se dit soucieux de la vie privée de ses membres, mais cherche dans le même temps à augmenter son audience et sa visibilité par le biais des moteurs ?

Concrètement, ces options permettent de configurer très simplement quelles sont les contenus du profil qui peuvent être vus par tous, et quels sont ceux dont la consultation doit être réservée au réseau de contacts. Par défaut, elle propose que le nom d'utilisateur et la photo du profil soient lisibles, de façon à aider les internautes à localiser des personnes qu'ils connaissent. Les réglages peuvent ensuite être affinés pour tous les éléments du profil via la page "Confidentialité" pour que, par exemple, photos ou publications ne puissent être vus que par un groupe de contacts donné.

"Les fonctionnalités que nous annonçons aujourd'hui ne représentent pas la ligne d'arrivée, mais la dernière évolution de notre processus itératif. De bonnes suggestions et retours utilisateurs nous ont aidés à en arriver là et nous attendons avec impatience les nouveaux commentaires pour nous aider à développer la prochaine innovation en termes de confidentialité et de contrôle utilisateur.", promet Chris Cox, vice président produit de Facebook.

Le réseau aux 350 millions de membres en profite pour rappeler que sa politique en matière de partage d'informations avec les annonceurs n'a pas évolué et que cette dernière reste entièrement placée entre les mains de l'internaute. Celui-ci n'est toutefois pas toujours au fait de ce qu'il convient de partager ou de garder privé. En début de semaine, l'éditeur Sophos indiquait ainsi avoir pu se connecter à de nombreux profils et y récupérer numéros de téléphone portable ou adresses email de la façon la plus simple qui soit, en se contentant de créer de faux comptes utilisateur et en ajoutant des personnes prises au hasard comme amis.

En début de semaine, Facebook a annoncé la création d'un conseil consultatif de sécurité regroupant cinq organisations nord-américaines et européennes spécialisées sur ces problématiques de sécurité en ligne, qui sera chargé de mettre en lumière les meilleures pratiques en matière de prévention et d'information.

A lire également

Face aux bévues de Facebook et ses paramètres de confidentialité à rallonge, MySpace semble désireux de capitaliser sur la mauvaise presse de son rival : le réseau social a en effet annoncé hier que ses propres options de réglages seraient prochainement simplifiées.

« Nous voulons que nos utilisateurs sachent que nous préparons le lancement de réglage de confidentialité simplifiés. Bien que nous ayons eu ces plans en préparation depuis un certain temps, vu la levée de bouclier sur ces questions dans les médias, nous avons estimé qu'il était important de dévoiler ces projets dès à présent » a confié Mike Jones, le co-président de MySpace, sur son blog.

Les nouveaux paramètres permettront de passer d'un profil public à un profil privé en un seul clic, et les options par défaut privilégieront par ailleurs l'affichage uniquement auprès des amis.

Cette annonce prend place alors que MySpace est en pleine restructuration, et cherche à relancer son activité en tant que communauté orientée autour de la musique. Le site n'a certes pas le même public que Facebook, qui s'avère beaucoup plus généraliste, mais miser sur des paramètres de confidentialité plus concrets et plus faciles d'accès pourrait peut être lui permettre de grappiller des utilisateurs mécontents à son principal adversaire.

Mike Jones n'a cependant pas donné de date précise concernant la modification des réglages de MySpace, mais gageons qu'étant donné l'effervescence actuelle autour de la protection de la vie privée en ligne, elle ne devrait pas trop tarder.
Dans un billet publié sur son blog officiel, l'équipe de Facebook a annoncé un énième changement de sa politique de vie privée qui ne manquera pas de soulever la polémique. En effet, la société est sur le point d'autoriser certains sites Internet tiers à accéder aux informations personnelles des utilisateurs sans que ces derniers n'en aient préalablement donné les droits d'accès.

L'un des points sensibles de cette nouvelle politique concerne la gestion de Facebook Connect. Ce protocole permet aux internautes d'autoriser certains sites Internet tiers à communiquer avec l'interface de programmation de Facebook et donc d'avoir accès à certaines de leurs données personnelles. Le développeur pourra par exemple l'utiliser pour remplacer le traditionnel formulaire d'inscription d'un site Internet et pour que l'utilisateur puisse interagir dans les forums avec ses informations de Facebook. De cette manière, l'internaute utilise les mêmes informations d'identification sur chacun des sites web, et ce, tout en conservant un droit de modification sur les données qui doivent être rendues publiques : informations personnelles, professionnelles, photos, groupes, amis... Puisque le carnet de contacts de Facebook fait partie des données qui peuvent être rendues "portables", les éditeurs peuvent développer des applications à caractère social directement sur les sites Internet tiers (ex : farmville.com).

Seulement dans les modifications apportées par Facebook, il est expliqué que pour certains sites Internet tiers, l'authentification de Facebook sera en mode opt-out, c'est-à-dire pré-approuvée par le réseau et non par le membre. S'il souhaite protéger ses informations personnelles ce dernier devra donc prendre connaissance de cette liste de sites web et manuellement restreindre l'authentification pour chacun d'entre eux.

Dans la version française de la politique de la vie privée de Facebook, il est ainsi expliqué : "Pour pouvoir vous offrir une expérience sociale utile de Facebook, nous devons occasionnellement fournir des informations générales à propos de vous à des sites web et à des applications pré-approuvés qui utilisent notre plate-forme avant même que ne vous vous y connectiez formellement." (Voir 4e rubrique, 7e paragraphe). Aucune information n'a été communiquée sur ces fameux "sites pré-approuvés", si ce n'est que la liste devrait être disponible ici. Facebook précise un peu plus haut : « L'expression "Informations générales" désigne nom, photos de profil, sexe, identifiants d'utilisateur, connexions et contenus partagés (les vôtres et ceux de vos amis) avec le paramètre de confidentialité ».

Selon Michael Richter, conseiller général de Facebook, ces changements visent à préparer le terrain en vue de nouvelles "opportunités intéressantes pour améliorer la façon dont vous partagez et vous vous connectez avec les gens". Il précise : "nous continuerons à développer de nouveaux outils pour vous aider à gérer les choses que vous partagez sur Facebook".

Ce n'est pas la première fois que Facebook est pointé du doigt en ce qui concerne la vie privée du réseau. Au mois de décembre, Facebook a ajouté de nouvelles options permettant de diviser sa liste de contacts en différents groupes afin de régler plus finement les droits de lecture et d'écriture de ses contacts et le cas échéant, de restreindre la visibilité de certaines informations personnelles. Si cette initiative semble plutôt louable elle s'est cependant traduite par une reconfiguration massive des paramètres de vie privée des 350 millions d'utilisateurs du réseau. L'utilisateur était invité à accepter que son profil devienne public par défaut ou reconfigurer manuellement l'ensemble de ses paramètres de confidentialité. Loin d'être une erreur de manipulation cette mesure reflète la vision du PDG de la société Mark Zuckerberg qui expliquait alors : "Les gens sont devenus plus enclins non seulement à publier des informations de différentes natures, ils le font également de manière encore plus ouverte et avec plus de personnes. La norme sociale a évolué avec le temps".

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours