ARCEP : 19,4 millions d'accès à Internet en France

le 03/11/2009 à 22:38
ARCEP : 19,4 millions d'accès à Internet en France
L'ARCEP, l'autorité de régulation des Telecom, vient de publier son rapport pour le second trimestre de l'année 2009. Concernant la partie Internet, au mois de juin l'on aurait dénombré 19,362 millions d'abonnements à un accès à Internet contre 17,893 millions un an plus tôt. Cela représente une hausse de 8,2%.

L'Internet haut-débit (ADSL, câble et autres technologies) enregistre pour sa part une hausse de 12% sur un an et compte 18,685 millions d'accès contre 16,689 millions en 2008. Alors qu'à la mi-2006, la croissance annuelle des accès haut-débit était de 3 millions, puis de 2,5 millions mi-2008, l'ARCEP observe un nouveau ralentissement à 2 millions d'accès au cours des trois derniers trimestres. Parmi les 17,6 millions de Français abonnés à une souscription ADSL, 44% d'entre eux (soit 7,7 millions) bénéficiaient d'une offre de télévision par ADSL. En comparaison, la télévision par ADSL ne concernait que 5,1 millions de clients à la fin du premier semestre 2008.

La facture moyenne d'un abonnement à Internet haut-débit est de 23,9 euros HT, un chiffre stable depuis deux ans. Au second trimestre 2009, le revenu de l'ensemble des accès à l'internet était de 1,5 milliard d'euros soit une hausse de 8,9% depuis la même période en 2008. Avec 1,3 milliard d'euros, les accès haut-débit représentent 90% de ce revenu. Les accès bas-débit affichent une baisse de 41,1% sur un an et ne comptent plus que pour 18 millions d'euros. Les fournisseurs d'accès à Internet bénéficient d'autres revenus tels que les prestations de services optionnels, l'hébergement de site web ou la publicité sur leur portail ; ces derniers s'élèvent à 116 millions d'euros.

Retrouvez le rapport dans son intégralité ici (PDF).

A lire également

Iliad a le vent en poupe ! Lors d'une conférence parisienne jeudi, la maison mère de Free a confirmé de solides résultats semestriels, réaffirmé son ambition de devenir le 4ème opérateur de réseau mobile en France et précisé ses objectifs dans la FTTH. Qu'on se le dise Iliad/Free n'est plus un simple fournisseur d'accès internet, mais bien un opérateur de télécommunications de nouvelle génération, "un véritable challenger à l'opérateur historique", selon les termes de Maxime Lombardini, directeur général d'Iliad. Le chiffre d'affaires consolidé du groupe s'est établi à 692,2 millions d'euros sur le 1er semestre 2008, soit une progression de 20,6% par rapport au 1er semestre 2007. A lui seul, le CA haut débit a progressé de 22% sur un an, pour atteindre 679,6 millions d'euros. Sur le semestre, le parc d'abonnés a progressé de 19% par rapport à la même période en 2007 et l'ARPU haut débit (CA moyen par abonné) de 1,3 euro, à 36,3 euros/mois, hors TVA. Quant aux services optionnels à valeur ajoutée, ils ont généré un CA de 168,9 millions d'euros au 1er semestre 2008, en hausse de 41% sur un an.

A 353,1 millions d'euros, la marge brute du groupe a augmenté de plus de 70 millions d'euros sur la période. Par ailleurs, l'EBITDA consolidé (résultat opérationnel avant amortissements) du groupe se monte à 256,9 millions d'euros, soit une marge d'EBITDA "record" à 37,1%. Le résultat opérationnel courant a augmenté à 128 millions d'euros, avec une marge de 18,5% sur le semestre, contre 17,7% sur le 1er semestre 2007. Mieux, à 82,9 millions d'euros, le résultat net d'Iliad a augmenté de 27,5% sur un an, hors activités cédées. Free, filiale internet d'Iliad, compte désormais 3,98 millions d'abonnés haut débit (inclus les 850.000 abonnés d'Alice, FAI dont Iliad vient de finaliser l'acquisition). Par comparaison, Neuf Cegetel compte plus de 3,7 millions d'abonnés ADSL (si l'on tient compte de l'OPA de SFR sur Neuf), Orange plus de 7,84 millions. Iliad reprend donc sa place de second dans l'ADSL et entend ne pas se laisser devancer par ses rivaux dans la fibre optique. A l'heure actuelle, les problématiques réglementaires prennent le pas sur celles du déploiement.

Quoi qu'il en soit, Iliad se félicite de l'adoption de la loi de modernisation de l'économie (LME) en juillet 2008, loi qui a permis de progresser sur les problématiques de "verticalité" de la fibre optique. Désormais, a ajouté Maxime Lombardini, les acteurs concernés doivent définir "le point de mutualisation (réseaux fibres jusqu'à l'abonné)". Par ailleurs, avec un "free cash flow" ADSL à 74,7 millions d'euros sur le semestre, Iliad affirme être en mesure "de financer la totalité de ses investissements dans la fibre". Et, dans le cadre du déploiement de la FTTH (fibre jusqu'au domicile), le groupe "souhaite couvrir 70% de Paris horizontalement durant le 2ème semestre 2009 ». Aujourd'hui, Iliad revendique "un petit nombre d'abonnés fibres" sur Paris et Montpellier, sans plus de précisions.

Cerise sur le gâteau, Iliad a réaffirmé "sa volonté d'être le 4ème opérateur mobile français". Pour en savoir plus, il faudra attendre la décision du régulateur (Arcep) sur l'attribution de fréquences (15Mhz). Cette décision devrait être communiquée en septembre 2008, avant le lancement d'un nouvel appel d'offres.
L'Arcep a dévoilé les résultats provisoires de son « Observatoire du haut et très haut débit sur réseaux fixes » (.pdf). Le régulateur des Telecoms fait donc le point pour le second semestre sur l'évolution de l'équipement des ménages français en matière de haut débit mais également de fibre. Si la hausse est continue, elle progresse lentement.

Au 30 juin 2010, l'Arcep fait donc un pointage. 20,37 millions de foyers français possèdent une connexion à haut voire très haut débit. « Sur un an, l'accroissement net s'élève à 1,65 million (+9 %). Les abonnements ADSL (19,07 millions au 30 juin) représentent 95 % des abonnements haut débit », précise l'autorité. Le haut débit continue donc sa progression.

Concernant la fibre, l'Arcep estime à 30 000 le nombre de nouveaux abonnements. Désormais, la France compte donc 365 000 abonnés disposant de ce type d'accès au net. 90 000 d'entre eux sont des abonnements dits « très haut débit en fibre optique jusqu'aux abonnés ou jusqu'aux immeubles ». Les autres (275 000) ont un accès avec une terminaison en câble coaxial.

Par ailleurs, l'Arcep précise que ces résultats sont provisoires et ont une précision inférieure aux résultats définitifs qui seront publiés trois mois après la fin du trimestre. Ces chiffres sont établis à partir des données transmises par les principaux FAI et arrondies.

Dans la foulée, c'est une partie du gouvernement qui a tenu à expliquer que l'initiative « haut débit pour tous » progressait. Trois ministères (Industrie, Aménagement du territoire et Economie numérique) ont labellisé quatre offres Internet afin que tous les français puissent accéder à Internet. Les offres (Nordnet, Vivéole, SHD et Connexion verte) utilisent le satellite pour que les zones non-couvertes ne soient pas mises au ban de la Toile.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours