Google Books devrait se transformer en librairie

le 14/10/2009 à 23:16
Google Books devrait se transformer en librairie
Google BooksAprès la numérisation, voici la commercialisation. A l'occasion de sa présence au salon du livre de Francfort, Google a annoncé le lancement début 2010 de sa propre librairie électronique.

Apparemment baptisé Google Edition, ce programme devrait permettre aux 30 000 éditeurs, déjà partenaires de Google Books, de commercialiser l'intégralité de leurs livres numériques en utilisant la solution de paiement Google Check out. Selon Amanda Edmonds, la directrice des partenariats stratégiques du moteur de recherche américain citée par Livreshebdo.fr, Google devrait prélever une commission de 37% sur ces ventes.

Contrairement à Amazon et son Kindle Store, les livres Google Editions ne devraient pas être téléchargeables mais simplement consultables en ligne, depuis un ordinateur, une tablette ou un smartphone.

Une évolution logique pour Google, qui se limitait pour le moment au renvoi des internautes vers des librairies électroniques comme Amazon ou BarnesandNoble, et qui devrait rassurer les éditeurs à qui Google ne proposait jusqu'à présent qu'un simple partage de revenus publicitaires.

Amazon, Google... reste désormais à connaître la stratégie d'Apple en matière de livre électronique. la firme de Cupertino devrait lancer sa propre tablette de lecture, baptisée iPad, au cours du premier trimestre 2010.

A lire également

Nous en parlions au mois d'octobre dernier, Google Books, la bibliothèque numérique, devrait bientôt se transformer en place de marché de livres numériques. Le Wall Street Journal rapporte que cette initiative, baptisée Google Editions, devrait finalement voir le jour fin juin ou début juillet.

Contrairement à Apple ou Amazon, Google devrait rendre ces e-books disponibles sur plusieurs appareils et donc parier sur une stratégie d'ouverture. C'est ainsi que le lecteur sera en mesure de lire une oeuvre directement depuis un navigateur Internet, probablement via un service web optimisé. Google n'exclut cependant pas de développer quelques logiciels propres à certains terminaux (iPhone, iPad...). Evan Schnittman, vice-président du développement économique d'Oxford University Press, déclare ainsi : "en tant qu'éditeur, j'apprécie le fait de ne pas avoir à me soucier du terminal utilisé par le lecteur. Il s'agit d'un produit électronique accessible par tous les consommateurs possédant un compte Google".

De plus, l'éditeur pourra figurer au sein du moteur de recherche dédié de Google et commercialiser ses oeuvres directement sur son propre site Internet. Amanda Edmonds, la directrice des partenariats stratégiques du moteur de recherche américain citée par Livreshebdo.fr, affirmait que Google devrait prélever une commission de 37% sur chacune de ces ventes.

Lors d'une récente conférence à New York, Chris Palma, responsable du développement et des partenariats stratégiques, expliquait que la société s'interrogeait encore sur la détermination du prix d'une oeuvre. En effet, pour l'heure, nul ne sait si c'est Google ou l'éditeur qui décidera du prix de vente de ces oeuvres.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours