Bing, mais aussi Google sur Yahoo.com ?

le 18/09/2009 à 22:29
Bing, mais aussi Google sur Yahoo.com ?
Au lendemain des accords qui ont été signés entre Microsoft et Yahoo! l'on attend désormais que le moteur de recherche de Microsoft - Bing - remplace celui de Yahoo! sur son portail Internet. Pourtant, à en croire Burke Culligan, directeur chez Yahoo!, Google pourrait également y trouver sa place.

Cette déclaration aurait été formulée au cours d'une conférence organisée par la Deutsche Bank dans laquelle M. Culligan explique ne pas être opposé à laisser l'internaute choisir le moteur de recherche qu'il souhaite utiliser. "Pour l'instant nous ne le faisons pas mais à long terme ce sera envisageable (...) nous voulons apporter la meilleure expérience qui soit à l'utilisateur et quelque part, si cela se révèle être l'expérience recherchée, alors nous nous ouvrirons à cette posssibilité".

Pour Yahoo! il s'agirait certainement de la plus grosse décision dans sa stratégie d'ouverture au travers de laquelle il est d'ores et déjà possible de consulter depuis la page d'accueil Yahoo.com ses emails de Gmail, Hotmail ou AOL ou d'y configurer ses réseaux communautaires favoris.

Quid du partenariat avec Microsoft ? Ce dernier stipule en effet que Bing deviendra l'algorithme de recherche exclusif sur les sites de Yahoo! Lorsque Microsoft fournira l'interface de programmation de Bing, Yahoo! conservera le contrôle de l'expérience utilisateur sur son moteur de recherche. Il se pourrait donc que Yahoo laisse l'internaute configurer le moteur de son choix sur sa page d'accueil. D'ailleurs, cet accord de dix ans signé entre Yahoo! et Microsoft n'a pas empêché la firme de Sunnyvale de travailler sur une nouvelle ergonomie pour son moteur de recherche.

L'accord historique entre Carol Bartz et Steve Ballmer serait-il menacé ? Qu'en penseront le département de la justice américaine et la Commission Européenne ? Peut-être aussi que les propos de Burke Culligan sont une projection éventuelle après l'échéance du partenariat en question.

A lire également

En début de semaine Google a dévoilé la technologie OneBox aux Etats-Unis afin de proposer la lecture d'une chanson directement depuis les résultats de recherche. Yahoo, qui offre une fonctionnalité similaire depuis quelques temps déjà, annonce l'introduction de nouvelles options pour la recherche de vidéos.

Plus précisément, la firme de Sunnyvale a amélioré la structure de ses résultats de recherche sur les vidéos musicales. C'est ainsi qu'une requête pour certains artistes ou groupes retournera des filtres pour les albums les plus populaires ou les chansons les plus appréciées. Directement depuis la page des résultats il est possible de lire une vidéo de Yahoo! Music mais également de YouTube. Bien entendu cette initiative vise à attirer les internautes mélomanes sur le moteur de Yahoo! plutôt que sur YouTube.

Après son partenariat de dix ans avec Microsoft, la société Yahoo! entend bien montrer qu'elle continue ses efforts sur le marché de la recherche en ligne. Depuis quelques temps Microsoft multiplie aussi l'implémentation de nouvelles technologies sur Bing. Reste à savoir si la prochaine fusion des deux équipes saura s'imposer face au leader Google.
Selon le cabinet Barracuda Networks, spécialisé dans les analyses relatives à la sécurité informatique, si Google reste en tête des moteurs de recherche, c'est aussi celui via lequel les malwares sont le plus distribués. L'étude en question a été effectuée sur une période de 57 jours, porte sur 25 752 requêtes populaires et 5,5 millions de résultats de recherche.

Google, mais aussi, Yahoo!, Bing et le moteur de recherche de Twitter ont ainsi été passés à la loupe. De cette analyse il apparait que Google présenterait deux fois plus de malwares que tous les autres réunis avec un taux de 69% contre 18% pour Yahoo!, 12% pour Bing et 1% pour Twitter. Il faut dire que les sites de Google enregistreraient 88 milliards de requêtes chaque mois contre 24 milliards pour Twitter, 9 milliards pour Yahoo! et 4 milliards pour les sites de Microsoft.

Parmi les types de requêtes retournant le plus de malwares, les experts ont discerné plusieurs catégories de sujets : spyware (35%) , divertissements (15%), portail et moteur de recherche (12%), forums et newsgroups (8%) ou encore hébergements de sites (7%). A contrario, certains sujets autrefois prisés par les hackers deviennent de moins en moins populaires, c'est notamment le cas des requêtes liées à l'actualité, au sport ou aux médias en streaming.

Barracuda a également analysé 25 millions de comptes Twitter afin de pouvoir discerner lesquels sont utilisés à des fins légitimes et les autres susceptibles de pointer vers des sites malveillants pour générer des attaques de type phishing. Pour cette analyse Barracuda s'est fixé sur le chiffre 10. Ainsi un compte est jugé légitime si l'internaute possède au moins 10 abonnés, s'il s'est lui-même abonné à 10 utilisateurs et s'il a publié au moins 10 messages sur son fil de mises à jour. Seuls 28,87% de ces 25 millions de comptes rassembleraient tous ces critères. Twitter semble cependant enregistrer une certaine dynamique puisque ce taux n'était que de 20% en janvier dernier. Aujourd'hui 15.8% des comptes n'auraient pas d'abonnés contre 30% en juin 2009 (-47%). L'étude reste tout de même approximative puisque que bon nombre de sociétés utilisent Twitter à des fins promotionnelles et ne souhaitent pas s'inscrire au fil des autres membres du réseaux.

Retrouvez le rapport dans son intégralité ici (PDF - anglais).

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours