Bing : un sous-domaine pour le contenu pornographique

le 16/06/2009 à 22:39
Bing : un sous-domaine pour le contenu pornographique
Le magazine ComputerWorld rapporte que Microsoft a mis en place un nouveau sous domaine pour son moteur de recherche Bing permettant aux sociétés et organisations de mieux filtrer les contenus à caractère pornographique.

Mike Nichols, responsable général de Microsoft Bing, explique que les images et les vidéos classées X seront affichées à partir du sous-domaine explicit.bing.net. "C'est invisible pour l'internaute mais permet de filtrer ce contenu au sein d'un sous-domaine unique, ce qui facilitera le processus de blocage pour l'utilisateur quel que soit le niveau de sécurité configuré", explique-t-il dans un billet.

Dès la sortie du moteur, plusieurs utilisateurs s'interrogeaient sur les filtrages mis en place par Bing notamment lorsque des pop-ups au contenu explicite apparaissaient à l'écran lors de la prévisualisation d'une vidéo. Par la suite, plusieurs sociétés ont demandé des options de blocages plus robustes. Dan Olds, analyste du cabinet Gabriel Consulting Group Inc., ajoute : "Microsoft ne censure rien du tout, ils catégorisent (ce contenu) différemment". Selon l'analyste, si ce système s'avère payant, Bing pourrait rapidement augmenter ses parts de marché au sein des entreprises et lieux publics (bibliothèques, cyber cafés).

A lire également

Pour son nouveau moteur de recherche Bing, Microsoft met en place plusieurs outils afin de sécuriser au maximum les résultats retournés suite à une requête. Ainsi, après avoir annoncé la création du sous-domaine explicit.bing.net, permettant de filtrer le contenu à caractère pornographique, l'équipe précise que d'autres technologies de filtrage ont également été mises en place.

Dans un billet publié sur le blog officiel de Bing, Sasi Parthasarathy, en charge de superviser la qualité de l'indexation, explique : "les éditeurs de malware ciblent principalement les requêtes populaires sur les logiciels d'antivirus, les téléchargements gratuits et autres mots-clés techniques connexes. Leur objectif est de tromper le moteur de recherche afin que leurs sites de malware soient au top du classement des requêtes populaires". L'ingénieur affirme alors que Bing embarque une palette d'outils permettant de filtrer "une proportion significative des sites dangereux", sans préciser toutefois de chiffre exact.

Les efforts de Microsoft porteront-ils leurs fruits ? Pour l'instant la firme de Redmond peut se frotter les mains. D'après le cabinet d'analyse ComScore, 12,1% des recherches aux Etats-Unis auraient été effectuées via Bing la semaine du 8 au 12 juin, contre 11,3% la semaine du 1er juin lors du lancement médiatique du successeur de Live Search. Pour certains experts, les efforts de l'équipe de Bing en matière de sécurité pourraient notamment encourager les institutions publiques et les entreprises à adopter ce moteur par défaut.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours