Streaming gratuit : Deezer signe avec EMI

le 02/04/2009 à 22:23
Streaming gratuit : Deezer signe avec EMI
Et de quatre ! Après Universal et Sony BMG, puis Warner Music, le portail d'écoute gratuite en streaming Deezer annonce jeudi la signature d'un accord avec la quatrième grande major du disque, EMI. En vertu de cet accord, Deezer devrait pouvoir accueillir 450.000 morceaux supplémentaires, qui porteront son catalogue à quelque 4,5 millions de titres.

« Cet accord Européen assoie la légitimité de notre modèle économique et nous permet désormais d'étoffer nos services notamment dans l'univers mobile », commente Jonathan Benassaya, PDG de Deezer.

La start-up, qui met depuis plus d'un an un point d'honneur à régulariser sa situation auprès des différentes maisons de disque et sociétés d'auteur, il conviendra maintenant de parvenir à suffisamment monétiser son audience pour assurer sa rentabilité tout en rémunérant ses partenaires.

A lire également

Comme Deezer en France, Imeem est un service en ligne qui permet d'écouter gratuitement et légalement de la musique sur Internet en streaming (c'est à dire sans la télécharger sur son disque dur). Dimanche 9 décembre, Imeem et Universal ont annoncé dans un communiqué commun la signature d'un accord selon les termes duquel la musique et les vidéos de la maison de disque seront accessibles sur le service en ligne. Financé par la publicité affichée sur ses pages, Imeem propose un partage de ses revenus aux ayant-droits qui acceptent de lui laisser diffuser leur musique. Un modèle prometteur, qui offre aux internautes le service gratuit que beaucoup réclament, mais dont la rentabilité reste à prouver.

Quoi qu'il en soit, victoire pour Imeem qui parvient avec Universal à rallier à sa cause la quatrième et principale des majors du disque. Sony BMG, Warner Music et EMI ont en effet déjà passé un accord avec cette société lancée en 2004, ce qui fait d'Imeem le premier service de ce type à avoir signé avec les quatre plus importantes maisons de disque du marché. Imeem bénéficie du soutien financier de Sequoi Capital, un fonds d'investissement auquel participe notamment Google.

Le service, qui permet d'héberger des contenus multimédias, de constituer des listes de lecture, ou d'exporter un lecteur de musique et de vidéos sur sa propre page Web, revendique aujourd'hui 19 millions d'utilisateurs par mois. La seule barrière se situe au niveau du téléchargement : il est théoriquement impossible de récupérer les fichiers écoutés depuis le service sur son ordinateur afin par exemple de les transférer vers un baladeur.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours