Une pré-alpha de Chrome disponible pour Linux

le 17/03/2009 à 16:13
Une pré-alpha de Chrome disponible pour Linux
Le 2 septembre dernier, lorsque Google dévoila son navigateur Chrome doté d'un moteur JavaScript ultra-rapide, beaucoup regrettèrent que le logiciel ne soit développé que pour le système Windows. Cependant, en janvier dernier nous apprenions que les versions pour Mac OS X et Linux étaient bien en cours de développement et devraient être révélées dans le courant du premier semestre de cette année.

Au mois de janvier dernier, Brian Rakowski, en charge du produit chez Google, confirma ces informations et ajouta que ces versions étaient: "capables d'afficher plutôt correctement les pages web. Mais c'est encore très rudimentaire sur le plan de l'expérience utilisateur."

Il y a quelques semaines, la première capture d'écran de la version pour Mac OS X circula sur la Toile et aujourd'hui nous apprenons que les développeurs du projet Chromium viennent de mettre à disposition une version pre-alpha pour Linux et plus précisément pour le système Ubuntu. D'après les premiers tests SunSpider JavaScript effectués, notamment par magazine Tombuntu, Chrome serait 4,7 fois plus rapide que Firefox 3 et 2,9 fois plus rapide que Firefox 3.1 beta 3.

Pour de plus amples informations et suivre la procédure d'installation rendez-vous ici

A lire également

Dévoilé au mois de septembre 2008, Chrome, le navigateur de Google, est actuellement disponible pour les utilisateurs de Windows en version 2.0. Depuis la sortie du logiciel, plusieurs développeurs ont rejoint le projet open source Chromium afin de porter le navigateur sur les systèmes Mac OS X et Linux.

Au mois de janvier dernier, Brian Rakowski, en charge du produit chez Google, confirma ces informations et ajouta que ces versions étaient : "capables d'afficher plutôt correctement les pages web. Mais c'est encore très rudimentaire sur le plan de l'expérience utilisateur."

Le mois dernier, nous apprenions qu'une pre-alpha de Chrome avait été compilée pour le système Linux Ubuntu. Aujourd'hui, la toute première pré-alpha de Chrome pour Mac OS X est arrivée et disponible pour les plus impatients d'entre vous.

Puisqu'il s'agit d'une pré-alpha, l'application n'est pas stable et plusieurs fonctionnalités manquent encore à l'appel. D'après les premiers retours, il ne serait pas possible d'ouvrir des liens directement dans un nouvel onglet. Par ailleurs, la bibliothèque des plugins n'est pas encore intégrée, ce qui signifie que le navigateur ne prend pas encore en charge les éléments Flash. Outre l'impossibilité d'imprimer une page web, l'utilisateur ne pourra pas accéder à l'historique de navigation, à la barre de favoris ou encore aux préférences du logiciel.

Téléchargez la toute première version de Chrome pour Mac OS X ici. La version finale devrait être dévoilée en automne prochain.
Parce que notre devoir de réserve ne nous permet pas toujours de traiter l'actualité sous un regard plus subjectif, nous vous proposons depuis quelques semaines un billet d'humeur régulier, sur un sujet d'actualité ou sur tout ce qui peut nous surprendre, amuser ou révolter, en précisant bien que les propos n'engagent que leur auteur ! Cette semaine, nous sortons ballons, chapeaux pointus et bougies pour fêter les 15 ans du navigateur Opera...

A l'heure où la guerre des navigateurs est relancée par la sortie d'Internet Explorer 8 et l'arrivée de nouveaux concurrents (Chrome), sans compter les prochaines versions de Safari et Firefox, Opera fête ses 15 ans d'existence. Et bizarrement, le grand public continue à ignorer l'existence de ce navigateur pourtant précurseur dans de nombreux domaines. Comme se plait à le rappeler Opera Software dans sa chronologie, le nombre d'innovations apportées par Opera est impressionnant. Les onglets ? C'est lui ! Le zoom qui respecte la mise en page ? Encore lui ! Les gestes de souris ? Toujours Opera ! Pourtant, le navigateur norvégien semble toujours passer à côté des lauriers qui lui reviennent de droit, notamment au profit de Firefox, et se voit désormais concurrencé par Apple et Google pour la troisième place. Evidemment, Safari pour Windows laisse franchement à désirer et Google Chrome sans doute un peu léger au niveau des fonctionnalités pour les utilisateurs exigeants. Néanmoins, les deux entreprises semblent déterminées à imposer leur navigateur avec une certaine agressivité : Apple via son module de mise à jour automatiques d'iTunes et Google à travers de nombreuses incitations sur ses sites. Récemment les utilisateurs d'Internet Explorer ont eu droit à une publicité pour Chrome sur la page d'accueil de Google, rien que ça !

Alors, pourquoi Opera, ce navigateur précurseur dans de nombreux domaines, peine-t-il à s'imposer ? On pourrait sans doute répondre en rappelant que pendant longtemps, Opera a été payant (ou associé à un bandeau publicitaire). Quand la popularité d'Internet Explorer a commencé à prendre du plomb dans l'aile en raison de son manque d'innovation et ses problèmes de sécurité, Opera a peut être loupé le coche de peu, face à une Fondation Mozilla qui a su pousser Firefox afin d'en faire, dans l'esprit des utilisateurs, l'alternative « officielle ». Mais aujourd'hui, Opera est gratuit, la marque dispose d'une certaine notoriété, notamment grâce à son partenariat avec des constructeurs tels que Nintendo. Rien n'empêche, à priori, d'utiliser Opera, et le navigateur n'a rien à envier à Firefox, que ce soit au niveau de ses fonctionnlités ou de sa sécurité. Pourtant, ça coince toujours. Pas complètement, certes, il y a actuellement 40 millions d'utilisateurs d'Opera à travers le monde (versions Windows, Linux et Mac confondues). Mais on reste très loin de la percée de Mozilla Firefox...

D'où une deuxième question : pourquoi est ce que je n'utilise pas, personnellement, Opera, alors que je suis moi même convaincu de ses qualités ? Je suis souvent amené à me poser ce genre de question, à peu près à chaque fois que j'essaie un nouveau navigateur pour remplacer mon Firefox qui plante, qui est trop lent, trop lourd, qui m'énerve... jusqu'à ce que j'y revienne irrémédiablement. Je n'ai pas de réponse claire sur le pourquoi du comment. Je pense qu'on passe le plus clair de notre temps informatique sur le web, et que par conséquent, un navigateur web est une application dans laquelle on vit, dans laquelle on a envie de se sentir chez soi. Malgré toutes les qualités d'Opera, que je reconnais objectivement (nous lui avions attribué un Très Bon lors de notre comparatif de navigateurs, à l'époque de la version 9), je ne me suis jamais senti « chez moi » en utilisant ce navigateur, pas plus qu'en utilisant Chrome ou Safari. Il y a toujours quelque chose qui me fait revenir vers Firefox : la nécessité d'ouvrir Google Notebook ou Scribefire, les marque pages RSS déroulants, une multitude de petits détails auxquels, j'en suis sur, on me répondra « qu'Opera fait la même chose en standard depuis longtemps ». Et le pire, c'est que ça sera sans doute vrai ! Que voulez vous, on manque par nature de curiosité et on se réfugie rapidement dans nos petites habitudes : Mozilla a su sortir le navigateur qu'il fallait, au bon moment, et une fois chez soi, il est difficile de déménager, même si la maison d'à côté est plus aboutie technologiquement. Malgré tout, je trouve Opera formidable et je suis tout à fait admiratif devant les multiples innovations qu'il a apportées. En attendant un Opera 10 qui nous fera peut être à nouveau rêver, voire même « déménager », souhaitons donc un joyeux anniversaire au navigateur norvégien et à tous ses utilisateurs ! Et pour ceux qui ne le connaîtraient pas, nous vous recommandons chaudement de le découvrir en le téléchargeant sur notre logithèque, d'autant plus qu'il est disponible pour Windows, Mac OS X et Linux. Pour les curieux, les fiches incluent aussi la dernière version Alpha d'Opera 10 (à utiliser uniquement à des fins de test).

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours