YouTube passe à la télévision

le 16/01/2009 à 17:05
YouTube passe à la télévision
Les vidéos de YouTube depuis votre téléviseur, voilà un service qui devrait officiellement arriver par chez vous. En effet, sur son blog officiel, l'équipe de développement annonce qu'une version optimisée du site devrait prochainement faire son apparition. Rappelons que depuis le mois de décembre, YouTube propose la diffusion de vidéos en haute définition avec un lecteur de 960 pixels de large.

Déjà disponible depuis la Playstation 3 et la Nintendo Wii, YouTube TV se contrôlera à partir de votre télécommande et sera disponible dans 22 pays et 12 langues différentes. Il suffira donc de brancher votre téléviseur à un ordinateur lui-même connecté à Internet.

Vous souhaitez d'ores et déjà tester le service ? Dans ce cas, il vous faudra changer le User Agent, de votre navigateur puis vous rendre sur youtube.com/tv. Suivez la procédure détaillée pour Firefox sur Blogoscoped.

A lire également

Force est de constater que bien qu'elles retiennent l'attention et buzzent de temps à autre, les créations d'amateurs publiées sur les plate-formes de partage de vidéo ne font pas recette et ne rencontrent globalement pas le succès de celles produites par des professionnels. Partant de ce constat, YouTube envisagerait de marcher sur les plates bandes d'Hulu, d'après un article du magazine anglophone CNET News.

La célèbre plate-forme de partage de vidéo de Google qui attire 80 millions de visiteurs chaque mois devrait effectivement bientôt proposer des longs métrages complets produits par au moins l'un des plus gros studios hollywoodien. D'après CNET, le géant du Web négocie avec les majors depuis des mois dans l'optique de lancer un service de vidéo à la demande financé par la publicité. "Ce n'est pas imminent," indique l'un des dirigeants du service, "mais ça va arriver. Je dirais que vous pouvez vous attendre à ce soit disponible, si tout se passe bien, dans 30 à 90 jours." On ne sait en revanche si l'offre dépassera les frontières des États-Unis.

Reste à définir comment monétiser la diffusion de ces films complets. Certains se demandent comment rendre rentable le procédé sans surcharger le spectateur de publicités. Google prône la mise en place de publicités dites preroll et postroll avant et après la diffusion des films mais les studios souhaiteront probablement imposer leurs méthodes aux internautes.

Le modèle d'Hulu a fait ses preuves. La première année, le site appartenant à NBC Universal et à News Corp. a généré autant de revenus que YouTube en dépit d'une fréquentation bien plus faible. Non content de présenter une qualité d'image bien supérieure à celle de son futur concurrent, Hulu présente l'avantage pour les annonceurs d'offrir un contenu connu et bien ciblé. Mais la plate-forme de Google a pour elle 80 millions de visiteurs mensuels.

Quoi qu'il en soit, à en croire différentes initiatives comme celle de MySpace et d'Auditude ou comme celle de MTV, les industries de la télévision et du cinéma semblent délaisser peu à peu la seule répression du piratage au profit d'offres gratuites et légales qui pourraient à terme contenter les internautes les moins scrupuleux et les plus avides d'émissions, de séries et de films. Les producteurs de contenus télévisuels et cinématographiques inversent la tendance et s'adaptent enfin aux usages et envies des internautes. Et non l'inverse !
Hulu a annoncé cette nuit le lancement de "Hulu Plus", concrétisant enfin l'offre payante prévue de longue date. Pour 10 dollars par mois, l'offre sur abonnement complète, sans le remplacer, le site internet américain de vidéo à la demande gratuite financé par la publicité.

"Hulu Plus" offre donc une extension au service, sans pour autant le délivrer de la publicité, "ce qui permet de conserver un prix bas". Les abonnés bénéficient ainsi de :
- Des séries TV dans leur intégralité
- La haute définition
- Des applications pour toutes sortes de dispositifs

De la télévision de rattrapage à la vidéo à la demande

Les abonnés ont en particulier accès à l'intégralité de la dernière saison de chacune des 45 séries d'ABC, de la Fox et de NBC, et non aux derniers épisodes diffusés seulement, mais aussi à la totalité des saisons de certaines séries telles que "Desperate Housewives", "Grey's Anatomy", "Heroes" ou encore "The X-Files", pour un total de 120 saisons et 2 000 épisodes.

Hulu passe ainsi d'un simple service de télévision de rattrapage unifié à un service de vidéo à la demande beaucoup plus riche, permettant à son tour de bouleverser la manière dont on consomme la télévision, en s'affranchissant d'un programme linéaire et de délais arbitraires.

Hulu s'émancipe du navigateur internet

Autrefois cantonné au navigateur internet d'un ordinateur, Hulu sur abonnement s'évade désormais sur d'autres dispositifs, succédant ainsi aux services de musique à la demande Deezer et Spotify.

Hulu Plus devient notamment mobile au moyen d'une application iPhone, iPod Touch et iPad, en attendant la prise en charge d'autres dispositifs, tels que les smartphones Android. Les contenus ne peuvent qu'être diffusés en continu (streaming) et ne peuvent être téléchargés pour un visionnage ultérieur, hors de portée d'un réseau 3G ou Wi-Fi.

Après avoir été privé de télévision pendant de longs mois, domaine sur lequel il concurrençait les chaines de télévision et leurs revenus publicitaires, Hulu investit le salon en version payante. Les téléviseurs et lecteurs connectés de Samsung sont d'ores et déjà compatibles et seront prochainement rejoints par ceux de Sony, par la PlayStation 3 et par la Xbox 360.

De la haute définition

Les dernières séries sont toutes tournées et diffusées à la télévision en haute définition. Hulu Plus diffuse donc désormais ces contenus en HD 720p.

En lançant une offre payante, Hulu démontre s'il en était encore besoin que le seul modèle du financement par la publicité ne fait pas recette. Ce sont d'ailleurs les déclarations des dirigeants du site internet, concernant la rentabilité de leur produit, qui avaient mis la puce à l'oreille d'une offre payante, avant de premières déclarations officielles.

YouTube lui-même, pourtant de loin la plus populaire des plateformes de vidéo à la demande, ne serait toujours pas rentable et s'aventurerait sur la piste des contenus payants.

Hulu reste quoi qu'il en soit réservé aux résidents américains, sans qu'on ait plus de précisions quant à un hypothétique lancement sur le vieux continent.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours