Google Chrome sur Mac et Linux au premier semestre

le 13/01/2009 à 22:31
Google Chrome sur Mac et Linux au premier semestre
Lancé le 2 septembre 2008, considéré stable avec la mise à disposition de la version 1.0 le 12 décembre 2008 et en route pour la version 2.0 avec de nombreuses nouveautés au programme, le développement de Chrome, le navigateur Internet de Google, suit son cours.

Le contrat de licence de ce navigateur a beau rebuter de nombreux utilisateurs, en témoignent la part des visites depuis ce dernier et les vives réactions des internautes au moment du lancement, Chrome est attendu de pied ferme sous Linux et Mac OS X. L'absence d'une version Mac du navigateur du géant de l'Internet serait d'ailleurs l'une des plus grands freins à l'adoption de ce dernier par de nouveaux utilisateurs, d'après une étude menée par le magazine anglophone CNET au mois de novembre.

Les versions Mac et Linux de Chrome devraient être disponibles avant le second semestre 2009, d'après Brian Rakowski, chef produit du navigateur, qui répondait à cette étude. "C'est ce que nous espérons," a-t-il indiqué, ajoutant que les deux versions étaient développées en parallèle et qu'elles en étaient au même stade. Les versions alternatives du butineur "sont capable d'afficher plutôt correctement les pages web. Mais c'est encore très rudimentaire sur le plan de l'expérience utilisateur."

Les plus avant-gardistes peuvent d'ores et déjà essayer Chrome sur Mac en consultant cette documentation. Réservé aux courageux connaisseurs !

A lire également

Afin creuser rapidement son trou sur le marché des navigateurs, Google envisagerait de signer plusieurs partenariats avec différents fabricants d'ordinateurs; Chrome serait alors pré-installé sur la machine aux côtés de Internet Explorer.

A ce jour, alors que Firefox frôle les 20% de part de marché, Internet Explorer détient 71,27% du trafic Internet global. En regroupant 6,57% des utilisateurs, Safari arrive en troisième position devant Opera (0,75%). Dévoilé en bêta au mois de septembre dernier, Google Chrome est cinquième sur la liste (0,74%) devant Netscape et Mozilla.

Au cours d'un entretien avec Times Online, Sundar Pichai, vice-président chez Google, explique que les ambitions de la firme de Mountain View sont belles et bien réelles : "nous allons probablement commencer des partenariats de distribution [...] il se pourrait que nous travaillions avec des fabricants OEM afin qu'ils vendent des ordinateurs sur lesquels Chrome serait pré-installé.".

Une fois ces partenariats mis en place, la donne pourrait rapidement changer pour Microsoft, d'autant que Richard Howlay, président du cabinet d'analyse Tech Market View, souligne qu'avec les lois antitrust actuelles, Microsoft aurait bien du mal à s'opposer à cette initiative. Cependant, face à cette annonce, Microsoft affiche une image plutôt détendue. John Curran, directeur du département Windows au Royaume-Uni, déclare : "la compétition est très présente sur le marché des navigateurs et au final, les utilisateurs choisissent l'outil qui leur convient le plus" avant d'ajouter "et pour une large majorité des utilisateurs au sein du Royaume-Uni, il s'agit d'Internet Explorer".

Sundar Pichai confirme par ailleurs que la version finale de Chrome sera dévoilée en janvier prochain et que les versions fonctionnant sous Mac OS X et Linux devraient être disponibles au premier semestre 2009.
Au mois de septembre nous apprenions que les dernières moutures instables de WebKit et de Firefox commençaient à embarquer la technologie WebGL. Celle-ci permet la prise en charge de l'accélération matérielle pour un rendu en 3D. C'est ainsi que l'internaute devrait être capable d'exploiter par l'intermédiaire du JavaScript, des commandes OpenGL ES 2.0 au sein du navigateur. Le développeur Kenneth Russell explique sur le groupe officiel de Chromium que la dernière build du navigateur (dont le moteur de rendu est basé sur WebKit) intègre également cette même technologie.

Rappelons qu'au mois d'avril Google avait présenté le plugin 03D fonctionnant sous Windows, Mac et Linux. Ce dernier se base sur une interface de programmation développée en interne qui faciliterait le développement d'applications web en 3D toujours en utilisant du JavaScript. Au mois de juillet, le développeur Greg Spencer affirmait qu'O3D était en passe d'être intégré nativement au sein du navigateur. La firme de Mountain View se verrait-elle obligée de suive le mouvement engagé par les développeurs de WebKit et Mozilla à défaut de sa propre technologie ?

Le groupe Khronos, chargé des spécifications de langages comme OpenGL et OpenCL, travaille conjointement avec Google, Mozilla, Opera, NVIDIA ou AMD et devrait annoncer les spécifications finales du standard WebGL dans le courant du premier semestre 2010.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours