Linux Ubuntu 8.10 : la bêta 1 est disponible

le 03/10/2008 à 23:13
Linux Ubuntu 8.10 : la bêta 1 est disponible
En attendant la version finale, dont la sortie est toujours prévue pour le 30 octobre prochain, les impatients pourront se faire une première idée des nouveautés intégrés à Ubuntu 8.10 en téléchargeant la première version bêta mise à disposition par les développeurs. Après six moutures alpha, Ubuntu 8.10 bêta 1 marque donc un nouveau pas vers la finalisation de ce célèbre système d'exploitation libre et gratuit. Comme toujours, on rappellera qu'une version bêta ne doit être installée qu'à des fins de test, et ne doit pas être utilisée comme environnement de travail quotidien.

Au menu d'Ubuntu 8.10 - nom de code Intrepid Ibex, soit bouquetin intrépide dans la langue de Molière, on trouve comme principale nouveauté l'intégration de l'environnement graphique Gnome 2.24, récemment finalisé. Rappelons que celui-ci introduit entre autres choses un nouveau client de messagerie, Empathy, compatible avec des protocoles tels que Jabber, Google Talk, Windows Live Messenger ou le Bonjour d'Apple. Le gestionnaire X.org passe quant à lui en version 7.4, et offre désormais une prise en charge améliorée des périphériques branchés à chaud.

Le noyau 2.6.27, qui corrige un grand nombre de bugs inaugure une fonction permettant de restaurer le dernier état fonctionnel connu, est également de la partie. Le gestionnaire Network Manager passe en version 0.7 et prend désormais en charge les modems analogiques (PPP) aussi bien que les modems ADSL (PPPoE) et 3G. Une nouvelle fonction permet en outre d'ouvrir facilement une session invitée, aux fonctions et aux accès limités, permettant à un autre utilisateur de lire rapidement son courrier électronique ou de surfer sur le web.

La liste complète des nouveautés pourra être consultée, en anglais, via ce lien. On y trouvera par ailleurs le détail des quelques problèmes de fonctionnement déjà identifiés. Notons que les distributions Kubuntu et Xubuntu 8.10 bêta 1, avec lesquelles Gnome est respectivement remplacé par KDE et XFCE, sont également disponibles.

A lire également

La première bêta de la version 11.1 d'openSUSE, le penchant libre et gratuit de la distribution commerciale SUSE de Novell, est disponible depuis lundi. Bien qu'elle n'apporte aucune révolution par rapport à la version 11.0 sortie au mois de juin, cette nouvelle version intègre un grand nombre de mises à jours importantes.

Cette mise à jour mineur s'aligne sur la plupart des autres distributions Linux actuellement en phase de test, comme Mandriva 2009 ou Ubuntu 8.10, qui intègrent toutes des versions récentes des principaux composants du système. Ainsi cette version préliminaire d'openSUSE 11.1 réunit le noyau en version 2.6.27 RC5, le serveur graphique X.org en version 7.4 ainsi que les environnements de bureaux Gnome 2.24 et KDE 4.1.1 et les nombreuses nouveautés qui en dépendent (et en particulier le lecteur multimédia Amarok 2.0). Le support de l'IPv6 et du Bluetooth a été étendu et amélioré, tout comme le Bluetooth par le biais du logiciel BlueZ en version 4.6.

Le téléchargement, disponible pour une grande variété de plate-formes, se fait depuis le site officiel de la distribution. Rappelons enfin qu'il s'agit d'une version de test qui ne présente aucune garantie.
Quinze jours après la sortie pour les seuls PC sous Windows (XP et Vista) du navigateur web open-source de Google, Chrome, l'éditeur CodeWeavers se propose de le rendre officieusement disponible sur deux autres plateformes : Mac et Linux. A terme, c'est Google qui va en faire de même, prévoyant effectivement de proposer Chrome en version Mac et Linux en plus de Windows.

Connu principalement pour son logiciel "CrossOver" permettant aux utilisateurs de Mac et Linux d'exécuter certains programmes sous Windows (dont Microsoft Office ou Internet Explorer), cet éditeur américain s'est donc attaqué au navigateur web de Google pour le rendre compatible avec de nouvelles plateformes.

Mais plutôt que d'exploiter la dernière version de Chrome disponible, CodeWeavers a préféré utiliser une version légèrement différente basée sur le moteur d'affichage open-source du navigateur baptisé "Chromium" qui possède à cette heure un rendu légèrement différent de son équivalent pour PC, encore en version bêta. Il ne faudra donc pas s'attendre à des miracles avec cette version Mac et Linux officieuse de Chrome, dépourvue de quelques fonctionnalités dont la mise à jour automatique du programme.

D'ailleurs Jeremy White, le patron de CodeWeavers, précise qu'il s'agit d'un défi technique montrant la viabilité de sa solution exploitant entre autres le logiciel Wine (Wine Is Not an Emulator) plutôt qu'une réelle solution permettant d'utiliser pleinement Chrome. Ceci explique sans doute pourquoi "CrossOver Chromium" est relativement lent et n'exploite pas encore le Flash. Le logiciel est téléchargeable gratuitement à cette adresse et compatible avec Mac OS X 10.4 (ou ultérieur) et différentes distributions GNU/Linux dont Debian, Red Hat, Mandriva, Suse ou Ubuntu.

Lancé le 2 septembre dernier, Google Chrome représente actuellement selon Net Applications moins de 1% du marché mondial des navigateurs web. Selon Nielsen cette fois, Chrome aurait été téléchargé aux Etats-Unis la première semaine suivant son lancement pas moins de 2 millions de fois. Pas de quoi rivaliser avec les 8 millions de téléchargements de Firefox 3 en seule journée (le jour de son lancement le 18 juin dernier) mais cela confirme l'engouement suscité autour de la première version bêta de Chrome.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours