Microsoft prêt à relever son offre sur Yahoo! ?

le 01/05/2008 à 22:34
Microsoft prêt à relever son offre sur Yahoo! ?
Microsoft à la croisée des chemins ? Quatre jours après la fin de l'ultimatum lancé à Yahoo!, le conseil d'administration de l'éditeur de Redmond se serait, selon le Wall Street Journal, réuni sans parvenir à prendre de décision concernant la stratégie à adopter dans son entreprise de rachat du portail américain Yahoo!. D'après le quotidien économique, Microsoft réfléchirait à la possibilité de relever son offre de 31 à 33 dollars par action Yahoo, ainsi que de réserver 1,5 milliard de dollars de prime aux employés de Yahoo, de façon à les retenir si le rachat était conduit à son terme.

Bref rappel des faits : le 1er février, Microsoft formule une proposition de rachat de son concurrent Yahoo, à 31 dollars par action, soit un montant total de 44,6 milliards de dollars. L'intéressé refuse, estimant l'offre insuffisante. Au terme d'un bal de communiqués de presse et de lettres ouvertes, Microsoft ouvre alors les hostilités, en fixant à Yahoo un ultimatum de trois semaines pour accepter son offre, délai au delà duquel il menace de se lancer dans une offre publique d'achat (OPA) hostile. Autrement dit : passer outre le conseil d'administration de Yahoo, et racheter directement l'ensemble des titres Yahoo aux actionnaires du groupe.

Fixé au 26 avril dernier, l'ultimatum n'aura pas porté ses fruits, puisque le conseil d'administration de Yahoo campe toujours sur ses positions. Trois choix s'offrent alors à Microsoft : abandonner, lancer une OPA hostile, ou relever son offre d'achat. D'après les analystes, la direction de Yahoo pourrait accepter une offre comprise entre 35 et 37 dollars par titre.

A lire également

Si Steve Ballmer prend désormais le parti de minimiser l'importance, sur le plan stratégique, d'une opération telle que l'acquisition de Yahoo pour plus de 40 milliards de dollars, Microsoft n'aurait pas tout à fait dit son dernier mot en la matière. Selon différentes sources évoluant au sein de la Silicon Valley, l'éditeur de Redmond serait même prêt à relever légèrement son offre afin d'emporter une bonne fois pour toute le morceau. En mettant un dollar de plus sur la table, soit 34 dollars le titre Yahoo, Microsoft convaincrait-il un conseil d'administration secoué, en proie à des dissensions internes ainsi qu'à l'entrée au capital de nouveaux actionnaires désireux de signer une cession rapide ?

Après qu'une première offre à 31 dollars par action eut été refusée par Yahoo, Microsoft a accepté de relever sa proposition à 33 dollars, soit un montant total d'environ 47,5 milliards de dollars qui, encore une fois, n'a pas convaincu un conseil d'administation plus enclin, selon les analystes, à accepter 37 dollars par action. Entre temps, Microsoft a fait volte-face et choisi de ne pas transformer sa proposition en une offre publique d'achat (OPA) hostile.

La donne pourrait toutefois changer, avec l'arrivée au sein de Yahoo d'actionnaires comme le milliardaire Carl Icahn, qui déclarait le 15 mai dernier dans une lettre ouverte s'être offert 50 millions de titres Yahoo, soit environ 4,3% du capital, pour parvenir à dégager le conseil d'administration et placer à sa place des responsables qui vendraient rapidement à Microsoft. De quoi réaliser, pour ce septuagénaire rodé aux tractations boursières, une jolie plus-value en très peu de temps.

Suivi par d'autres hommes d'affaire alléchés par ces perspectives de gain rapide, Icahn inquiète manifestement le conseil d'administration de Yahoo, qui a finalement pris la décision de retarder la tenue de la future assemblée générale lors de laquelle les partisans de la cession espèrent voir institués des dirigeants favorables à leur point de vue. Yahoo a par ailleurs adressé à ses actionnaires un document dans lequel il les invite à ne pas céder aux sirènes de la revente immédiate, expliquant que ce serait un mauvais calcul de brader la société.

Yahoo souhaite donc gagner du temps, pour préparer la tenue de cette assemblée générale. Un laps de temps pendant lequel Microsoft pourrait revenir à la charge, ou proposer une alternative telle que le rachat des seules activités de recherche de Yahoo.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours