MySpace Music avec Universal, Warner, Sony BMG ?

le 03/04/2008 à 23:05
MySpace Music avec Universal, Warner, Sony BMG ?
Référence mondiale des réseaux sociaux, MySpace devrait annoncer ce jeudi la signature de contrats avec Universal, Warner et Sony BMG Music Entertainment, d'après News.com. EMI resterait encore à convaincre.

"Dans les prochains mois", le réseau social pourrait proposer sa propre plate-forme de musique en ligne, avec au menu : streaming financé par la publicité, téléchargement de MP3 (sans "verrous numériques" ou DRM), services annexes (sonneries de terminaux mobiles, places de concert, etc.) Par ailleurs, les majors auraient une participation dans MySpace Music et recevraient une partie des revenus publicitaires générés.

Que le service soit financé par la publicité et/ou la vente au titre ou par abonnement, MySpace et sa maison mère, News Corp, ne veulent pas tarder à intégrer un marché en croissance dominé par iTunes d'Apple. Il s'agit à la fois pour MySpace de fidéliser une cible très convoitée, de trouver de nouvelles sources de revenus et de ne pas se laisser voler la vedette par Facebook. Challenger de MySpace, Facebook négocie également avec les majors du disque.

[MAJ 19h : MySpace a confirmé le 3 avril 2008 l'information dans un communiqué. Le co-fondateur et président du réseau social d'origine américaine, Chris DeWolfe, a déclaré : "c'est le premier service qui proposera un catalogue complet de musique (NDLR : l'intégralité des catalogues des majors partenaires) en streaming gratuit, avec des fonctions communautaires avancées."]

A lire également

MySpace, tueur d'iTunes ? Le réseau social a confirmé jeudi avoir formé une joint-venture (JV) avec Universal, Warner et Sony BMG. Les partenaires lanceront "dans les prochains mois" un service légal de musique en ligne qui entrera en concurrence avec le leader du marché : iTunes d'Apple.

Sur les quatre majors, seule la maison de disques d'origine britannique, EMI, a jusqu'ici refusé de prendre une participation dans la co-entreprise qui sera basée à Los Angeles, Californie. Cette JV portera le nom de la plate-forme existante MySpace Music. Celle-ci regrouperait, à ce jour, plus de 5 millions de profils d'artistes et séduirait 30 millions de visiteurs uniques par mois. Pour leur part, Universal Music Group, Warner Music Group et Sony BMG Music Entertainment en plus d'une participation dans MySpace Music, recevront une partie des revenus publicitaires générés. Les détails financiers de l'opération n'ont pas été précisés.

Du côté des internautes, MySpace Music proposera : l'intégralité des catalogues des majors partenaires, du streaming gratuit audio et vidéo financé par la publicité, du téléchargement de MP3 (sans "verrous numériques" ou DRM) ainsi que des services annexes (personnalisation, création de playlists, sonneries de terminaux mobiles, places de concert, etc.) Dans ce cadre, un service payant de téléchargement par abonnement sera également proposé.

MySpace, dont le réseau a été initialement formé autour de musiciens aux Etats-Unis, entend bouleverser un marché en croissance dominé par iTunes, en associant à la diffusion légale et au téléchargement de musique des fonctions d'échange et de collaboration. Il s'agit également pour le réseau social et sa maison mère, News Corp, de ne pas se laisser voler la vedette par Facebook. Challenger de MySpace, Facebook négocie également avec les majors du disque. Pour ces dernières, il est urgent de ne pas se limiter au modèle et aux exigences d'Apple dans la musique numérique.

MySpace revendique 220 millions d'inscrits à travers le monde, contre 67 millions pour Facebook.
Rupert Murdoch entend bien repasser le modèle du web payant au goût du jour. Après avoir changé de stratégie pour quelques unes de ses publications comme le Wall Street Journal et contré Google à plusieurs reprises pour l'indexation de son contenu, le magnat de la presse américaine et PDG de News Corporation pourrait envisager un modèle de souscription pour la section "Music" du réseau communautaire MySpace.

MySpace Music a créé conjointement entre News Corps et Universal Music Group, Sony BMG et Warner Music Group en septembre 2005. Il n'est donc pas surprenant que ces majors cherchent à monétiser le réseau communautaire. D'ailleurs ce ne serait pas le premier service Internet co-détenu par News Corps qui passerait au payant. Le portail vidéo Hulu, formé par News Corps, NBC et ABC, propose un modèle de souscription premium. Selon plusieurs sources internes, le groupe Warner jugerait ce type de formules plus fiable que les revenus publicitaires.

Interrogé par le magazine américain Cnet US, Courtney Holt, président du groupe Digital Music & Media, explique que si le service actuel devrait rester identique à l'avenir, la société continue de chercher de nouvelles opportunités de monétisation. Rappelons depuis quelques temps le réseau communautaire enregistre un déclin d'activité. La filiale de News Corp est également en discussion avec Google, Microsoft et Yahoo afin de renouveler son partenariat publicitaire actuel.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours