Nouveaux tests de Google dans la publicité vidéo

le 21/02/2008 à 20:20
Nouveaux tests de Google dans la publicité vidéo
Champion de la vidéo sur internet depuis le rachat de YouTube pour 1,6 milliards de dollars, Google poursuit ses tests publicitaires. Après les Click-to-play (bannières vidéos du programme AdSense) ou les 'YouTube video Units' (bannières textes s'affichant sous un bloc Video), Google a décidé d'essayer deux nouveaux formats.

Le premier test consiste à diffuser des publicité vidéos directement dans les pages de résultats du moteur de recherche. Jusqu'à présent, ces publicités vidéos contextuelles s'affichaient uniquement sur des blogs ou des sites ayant rejoint le programme AdSense.

Le second format, baptisé AdSense for Videos, devrait quand à lui consister à intégrer des bannières texte contextuelles en sur-impression des fichiers vidéos, par exemple dans les bandes noires d'une vidéo 16/9e s'affichant dans un lecteur 4/3. Ce test complète un autre format, baptisé "InVideo Ads" consistant à intégrer une petite animation en surimpression d'un fichier vidéo.

"Des formats comme le pre-roll, avec l'affichage d'une publicité vidéo avant la diffusion d'une oeuvre, sont mal acceptés par les internautes et ne seront pas proposés par Google." précise une représentante de la société, pour justifier cette profusion de formats alternatifs, pour le moment essentiellement disponibles aux Etats-Unis.

Selon une récente étude comScore, les différentes plates-formes vidéos de Google (essentiellement YouTube) captent aujourd'hui près de 31% de l'audience vidéo sur internet aux Etats-Unis. Une audience de près de 76 millions d'internautes que Google entend bien à terme monétiser et ainsi rivaliser avec les grandes chaînes de télévision américaines.

A lire également

Google a confirmé en fin de semaine dernière son intention d'investir le créneau de la publicité ciblée au sein des jeux vidéo. Comme Microsoft avec Massive, la firme de Mountain View a commencé par s'offrir une société spécialiste de ce domaine, AdScape, en février dernier, pour 23 millions de dollars. Google n'a pour le moment pas précisé ses plans en la matière mais certains affirment que le numéro un mondial de la recherche pourrait lancer une plateforme dédiée d'ici la fin de l'année.

Leader incontesté de la recherche en ligne, Google est à la recherche de nouveaux marchés sur lesquels étendre son emprise publicitaire comme en témoigne le récent lancement du projet Android, adressé à l'univers de la téléphonie mobile. Particulièrement lucratif, et touchant un très large bassin d'audience, le marché du jeu vidéo ne pouvait décemment être ignoré.

"Nous pensons que cet environnement riche est le parfait support pour délivrer des publicités pertinentes et ciblées qui en fin de compte profiteront aussi bien à l'utilisateur qu'à l'annonceur ou à l'éditeur de jeux vidéo", écrit un représentant de Google dans un communiqué adressé à l'AFP. "Nous sommes actuellement en train de conduire des tests pour déterminer la meilleure approche possible", ajoute-t-il.

Suite à l'acquisition d'AdScape, Google a déposé en avril dernier une demande de brevets relative à la la mise au point d'un dispositif qui permettrait d'établir le profil psychologique d'un internaute en fonction des actions qu'il accomplit dans un jeu ou univers en ligne tel que World of Warcraft ou Second Life. En analysant ses échanges avec les autres protagonistes de l'aventure, ses actions ou son attitude, il serait possible d'établir le profil psychologique d'un joueur sans interférer avec l'expérience de ce dernier, l'objectif étant d'exploiter ces informations pour faire correspondre les publicités affichées en jeu à sa personnalité. En mai dernier, Google précisait toutefois afin de faire taire les critiques naissantes qu'une telle demande ne signifiait pas qu'il avait forcément l'intention d'exploiter ce type de technologie.

Alors qu'aux Etats-Unis enfle une polémique relative à l'utilisation de "publicité comportementale" sur le réseau social Facebook, la publicité ciblée in game risque de provoquer l'ire des défenseurs de la vie privée. Du côté des joueurs, l'accueil est mitigé : certains s'indignent que les éditeurs trouvent le moyen de monétiser encore par la publicité des productions qui sont déjà vendues plusieurs dizaines d'euros pièce, tandis que d'autres estiment que ces réclames ajoutent encore au réalisme des jeux, en rappelant que les simulations sportives ont longtemps été ornées de fausses publicités...
Alors que les dernières analyses d'audience confirment l'écrasante supériorité de Google dans le domaine de la recherche en ligne, Microsoft annonce ce jeudi le lancement prochain d'une nouvelle version de Windows Live Search, son propre moteur. Lancé dans le courant de la semaine prochaine aux Etats-Unis puis déployé dans le monde entier tout au long du mois d'octobre, ce nouveau moteur intègrera au sein d'une même page de résultats des contenus texte, images ou vidéo.

De nouveaux algorithmes de traitement des requêtes devraient également être mis en place, de façon à améliorer la pertinence des liens retournés par le moteur. Ainsi, une recherche sur un nom de vedette privilégierait des pages contenant des actualités, des photos ou des vidéos, tandis qu'une requête portant sur un produit retournerait de préférence des liens pointant vers des tests, des comparateurs de prix ou des fiches techniques.

Avec 11,3% des recherches effectuées par les internautes américains sur le mois d'août 2007 d'après Comscore, Windows Live Search ne se place qu'en troisième position aux Etats-Unis, derrière Yahoo (23,3%) et Google, qui fédère plus de 56% des requêtes.

"Google a pris de l'avance sur nous, mais nous pensons que cette nouvelle version nous permet de nous rattraper et que nous pouvons maintenant rivaliser avec eux en termes de qualité de recherche" explique Satya Nadella, responsable de la division Recherche et publicité chez Microsoft depuis la création de cette dernière. L'éditeur de Redmond évoque entre autres choses un index multiplié par quatre, une nouvelle application de recherche locale sur mobile ou des capacités d'analyse sémantique de façon à interpréter les questions.

En France, Google reste le leader incontesté de la recherche en ligne, avec 85,8% des recherches effectuées par les internautes sur le mois de juillet 2007.

Commentaires

Ecrire

Ecrire un message

Votre message vient d'être créé avec succès.
LoadingChargement en cours